La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

éditions Spectres familiers

Ouvrages chroniqués

Désaccordé parmi les ombres
de Nicolas Cendo
Nicolas Cendo est un homme discret, et un auteur rare. Les contrées qu’il fréquente sont très éloignées des lumières coupantes et crues du battage médiatique : ses paysages se meuvent plutôt dans une pénombre discrète, comme l’indiquent les titres de ses précédents ouvrages1 -ainsi que le dernier, Désaccordé parmi les ombres2, où il nous offre en quarante-neuf petites proses un monde oxymorique d’ombres lumineuses et d’immobilités tremblées. L’écriture de ce court recueil est à la fois nette et retenue, chuchotée, comme pénétrée d’une tension qui prévient de tout débordement. Son...
Christian Garcin
mars 2000
Le Matricule des Anges n°30
L' Éparpillement des sites
de Jean-Marc Baillieu
Comment peut-on être l’auteur de ses livres ? Jean-Marc Baillieu pose l’acte critique au départ de sa création poétique. L’Éparpillement des sites : un livre que vous pourriez peut-être écrire. À sa manière, Jean-Marc Baillieu s’inscrit dans un rapport à la littérature qui n’en évite pas la critique et laisse sa part à l’abstraction, c’est-à-dire à la pensée, c’est-à-dire aussi au blanc de la page, au silence et à la conscience de la vanité du fait d’écrire, à son ineptie dès lors qu’on y regarde d’un peu près. Les livres qu’il avait pu donner jusqu’alors n’entraient pas dans un format traditionnel : collaboration à des revues, édition de très minces plaquettes parfois juste photocopiées, éparses et rares « interventions ». Dans l’une d’elles, Uruguay (le lecteur complète)1,...
Xavier Person
septembre 2001
Le Matricule des Anges n°36
Pulps
de Jacques Sivan
2002
Pour la lecture de la poésie de Jacques Sivan, les lunettes de soleil sont recommandées, et pas mal de patience. Les images y sont subliminales. Des expérimentations poétiques actuelles, celle menée par Jacques Sivan est sans doute une des moins lisibles. Littéralement, le regard porté sur ses poèmes est comme blessé, face à un brouillage soudain, brouillard d’une trop forte luminosité (d’où peut-être une première piste de lecture possible : il ne s’agirait pas tant de chercher à lire ici que d’essayer de voir, de regarder le texte en ses effets d’opacité et de luminescence…). Le principe de compression y est poussé au point que ce ne sont plus des phrases ni des mots que nous lisons, mais, au gré d’une écriture phonétique...
Xavier Person
juillet 2003
Le Matricule des Anges n°45

Auteurs