La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Le Matricule des Anges

  • Nocturne normand

    Lmda N°211 Venu sur la côte normande pour écrire, un écrivain saisit dans une langue magistrale l’épaisseur historique d’un lieu et le mystère de vies échouées là. D’un trait noir et lumineux.

    Blockhaus

    Le narrateur de Blockhaus est écrivain et c’est pour écrire qu’il a fui trois semaines la capitale pour Arromanches en Normandie. Il y débarque comme avant lui le narrateur du grand Pierre Michon débarquait du côté de la Grande Beune noyée de pluie, au bord d’une Dordogne où l’Histoire faisait remonter à la surface des silex venus de la préhistoire. Ici aussi l’Histoire a marqué le paysage....
  • Péquenots

    Domaine étranger On dirait le Sud Des chroniques parues en 1974 et 1977 dans Playboy et Esquire permettent de découvrir une autre facette de l’œuvre d’Harry Crews. Nicolas Richard, le traducteur, a choisi d’intituler ce recueil Péquenots pour dire Grits, un néologisme dont l’auteur de La Foire aux serpents serait peut-être l’inventeur. Les grits sont ces ploucs typiquement américains, alcooliques et violents, sales et à moitié tarés, tels que les a mis en scène John Boorman dans Délivrance, la sublime et terrifiante adaptation du non moins sublime et terrifiant roman de James Dickey. Toutefois, si tous...
  • Warum

    Domaine français La nature du roman Le chef-d’œuvre de Pierre Bourgeade, Warum, connaît une nouvelle édition. Quand la variété des désirs et la part d’ombre de l’érotisme le disputent à la mélancolie et au manque à exister. Pourquoi ce titre, Warum, sinon pour annoncer des esquisses de réponses, proposer une sorte d’art romanesque qui aurait sa source dans une soif de savoir, un désir de connaître  ? Sachant que connaître intellectuellement et connaître sexuellement vont de pair, voici donc un roman qui ne se contentera pas d’être lui-même mais prendra parti par rapport au réel, l’affrontera dans sa version déchirante comme dans sa version jubilatoire. Il...
Chronique
En grande surface
par Pierre Mondot

Frédéric Morose

Le plan devait se dérouler sans accrocs. D’autant que cette fois encore, Fred avait trouvé une idée géniale, qui rappelait l’époque de 99 francs (souviens-toi, on en avait vendu quatre cent mille) : remplacer le titre non plus par le prix, mais par une image. Un smiley ! On sortait le bouquin à l’hiver, pour la rentrée des seconds couteaux, et on laissait l’auteur se charger de ce pour quoi il avait toujours prouvé un infaillible talent : la réclame. Survint l’affaire Matzneff. Et aussitôt après que parurent des révélations connues de tous, les journalistes, ces chiens, exhumèrent la...
Le Matricule des Anges n°210
Jean-Christophe Bailly

un auteur

Jean-Christophe Bailly

Chronique
Traduction

Robert Kahn

Journaux, de Franz Kafka Comment arrive-t-on en « Kafka-land » ? Chaque lecteur aura sa propre réponse, et aussi chaque traducteur. Il faut qu’il y ait là un « Wunsch », du désir. J’ai rencontré pour la première fois les textes de cet auteur juif de Prague qui écrivait en allemand (on trouve souvent dans des dictionnaires la mention « écrivain tchèque », alors que Kafka n’a été « tchèque » que pendant les cinq dernières années de sa vie) au lycée Jean-Moulin de Forbach, en classe de seconde. Il fallait traduire un extrait du « Messager impérial ». L’expérience m’avait beaucoup plu. Adolescent, j’ai lu une grande...
Le Matricule des Anges n°209
  • Un peu, beaucoup, passionnément, à la folie, pas du tout

    Domaine étranger Si loin, si proche Alice Munro dissèque des couples à la banalité étrange, illuminés par la complexité de leurs personnages féminins. Un recueil à (re)découvrir dans une nouvelle traduction. Que des couples, et chacun d’eux, même le plus incertain, était équipé, soit dans le présent, soit dans le souvenir, d’un terrier personnel, un lieu intime et chaleureux, agité de ses propres turbulences. » Cette remarque, formulée par la narratrice de « Queenie », une jeune femme abandonnée à sa propre solitude après le mariage désastreux de sa demi-sœur avec un professeur de musique tyrannique chez qui elle faisait le ménage, dresse un...
  • Poésies

    Poésie Un grand rameur Avec Poésies, somme d’une vie en huit livres, c’est à l’art de la série et à ses variations que Hans Faverey nous convie en un vertige de surfaces folles. L’inflexion de voix que la poésie de Hans Faverey (1933-1990) nous donne à entendre, minimale, précise dans sa diction et dans son élaboration, aussi énigmatique quant à ses sujets que vertigineuse quant à ses attaques, tantôt ironique, tantôt sarcastique, varia selon les séries de poèmes. Sur à peine trois décennies, cette œuvre brève, huit livres tout au plus, a marqué la poésie néerlandaise des Pays-Bas, aux côtés de la génération dite...
  • Les Lettres françaises : 50 ans d’aventures culturelles

    Histoire littéraire L'intelligence en marche Loin de n’être qu’un tombeau, une anthologie peut aussi être une carrière où trouver les matériaux pour, demain, penser et construire : c’est bien ce que nous offrent ces mille pages des Lettres françaises. Ces années-là étaient cruelles – et troubles : Jean Paulhan, désireux de préserver Gallimard dans la tempête, laissait Drieu la Rochelle faire de La NRF une revue collaborationniste mais, dans son bureau adjacent, entrait dans la Résistance. Parmi ses activités et projets nombreux, il soutenait Jacques Decour qui préparait un journal clandestin. Le premier numéro des Lettres françaises vit le jour en septembre 1942 – mais Jacques Decour,...
  • Qui croire (suivi de) Lointaine est l’autre rive

    Théâtre Le doute et la peur Ce recueil de deux nouvelles pièces vient confirmer la singularité de Guillaume Poix, de par les thèmes abordés et la langue mise en œuvre. Conçu pour être proféré à un·e ou plusieurs, Qui croire commence ainsi : « Un jour, depuis la chambre de mon petit appartement, je vagabonde sur mon ordinateur (constamment je fais ça : vagabonder) je vagabonde (et me déteste pour ça) je vagabonde vacille tombe sur un article – article qui ouvre en moi de perplexité un gouffre (océan) accroît (du même coup) le sentiment de détestation ; » D’emblée, le ton est donné avec cette parole heurtée,...
Intemporels
par Didier Garcia

Forçats de la mer

Figure majeure de la littérature prolétarienne japonaise, Takiji décrit la vie des pêcheurs de crabes. Un témoignage saisissant. Bienvenue à bord du Hakkô-maru. Mais mieux vaut ne tromper personne : ici, vous n’aurez ni cabines privatives ni salons, ni restaurants ni piscines. Et il vous faudra vous contenter d’un décor spartiate : un pont, sur lequel des hommes, qu’il vente ou qu’il neige, mettent du crabe en conserve, et, à l’intérieur, ce que ces mêmes hommes appellent poétiquement « le merdier », un espace qui pue les légumes fermentés et la chair humaine. Pas la peine non plus d’imaginer des escales de rêve ou des criques magnifiques. Ce sera la mer d’Okhotsk, coincée entre la Sibérie et le Kamchatka, fermée...
Le Matricule des Anges n°111