La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Le Matricule des Anges

  • Visions du corps

    Lmda N°209 La narratrice d’Hélène Giannecchini écume les musées d’anatomie et les textes littéraires et théoriques sur la mort tout en parlant à ses morts. Passionnant.
    Jusqu’à la dernière ligne nous resterons ignorants. Nous ne saurons pas qui sont ces morts à qui l’écrivaine s’adresse et qui la précipitent vers les écorchés d’hier et d’aujourd’hui. « Bizarrement vous n’avez jamais eu autant de corps que dans votre mort. » Pour son deuxième roman, Hélène Giannecchini poursuit le travail entamé dans Une image peut-être vraie. Alix Cléo Roubaud (Seuil, 2014)....
  • La Vie négociable

    Domaine étranger Pile et face Dans son dixième roman, l’Espagnol Luis Landero relate l’histoire aussi édifiante qu’aberrante d’un égomane. Effets de miroir garantis. De moins en moins de romans surprennent par leur construction, leur architecture et les relations qu’elles entretiennent avec l’écriture. A l’instar des Villes invisibles d’Italo Calvino, certains pourtant présentent des allures prégnantes, incongrues. La structure narrative de celui-ci, autant récit de filiation qu’allégorie du ratage, est assez singulière. Elle prend la forme d’une sinusoïde. Une spirale noir argenté qui vrille les...
  • Paysages avec figure

    Domaine français Ce grand goût d'exister En nous faisant revivre l’appel des paysages et le sortilège des marches qu’elle partagea avec Julien Gracq, Claude Dourguin nous livre un chant du monde. Tissé et traversé de parcours, de trajets, de haltes, Paysages avec figure est un livre de remémorations heureuses. En accord profond avec les saisons et les sèves de la terre, il ressuscite les riches heures des promenades et des voyages qu’effectua Claude Dourguin en compagnie de Julien Gracq, l’ami cher, qui n’oublia jamais qu’avant d’être Julien Gracq, il était Louis Poirier, agrégé de géographie et professeur d’histoire-géographie...
Chronique
En grande surface
par Pierre Mondot

Soi-disant Moix

Dans la rubrique « Idées » du Monde – journal franco-tchèque indépendant – en date du 3 septembre, une poignée d’intellectuels charitables propose au lecteur engourdi quelques pistes de réflexion sur deux sujets d’actualité majeurs : page de gauche, on discute de l’antisémitisme de Yann Moix (c’est pas bien), page de droite, on débat autour de la pyromanie du président brésilien (c’est pas gentil). On tenait déjà d’un proverbe africain que la mort d’un vieillard vaut une bibliothèque qui brûle. On sait désormais grâce au quotidien du soir que l’incendie d’une forêt égale un jeune écrivain...
Le Matricule des Anges n°207
#nom_prenom_manuel

un auteur

Yaël Pachet

Chronique
Traduction

Girl, de Adna O’Brien par Aude de Saint-Loup et Pierre-Emmanuel Dauzat

Un apologue de Carlos Batista résume à merveille la condition du traducteur : « Une traductrice amoureuse de son auteur vint frapper à sa porte. Il demanda derrière la porte : “Qui est là ?” Elle répondit : “C’est moi !” Il dit : “Il n’y a point de place pour toi dans cette maison.” Alors la traductrice s’en fut méditer dans des bibliothèques et des bars de nuit et, quelques mois plus tard, elle revint toquer à la porte de son auteur bien-aimé. Celui-ci questionna : “Qui est là ?” La traductrice répondit : “C’est toi…” Alors seulement la porte s’entrouvrit. » L’essentiel est dit :...
Le Matricule des Anges n°205
  • Tout ce que je sais du temps

    Domaine étranger Maître des horloges Au fil de nouvelles empreintes de nostalgie, l’une des principales figures de la littérature serbe contemporaine arrête le temps. Il arrive parfois que le critique, confondu, cesse de feindre : non, il n’est pas ce Pic de La Mirandole arpentant en propriétaire les couloirs tortueux de la Littérature et, le plus souvent, sa connaissance de l’auteur qui lui échoit se réduit à sa fiche Wikipédia ou bien au prière d’insérer de l’éditeur. Tout rougissant, on l’avouera donc : on n’avait jamais rien lu de Goran Petrović, ni Soixante-neuf tiroirs (Le Rocher, 2003), ni Le Siège...
  • Les Couleurs de boucherie

    Poésie Une esthétique du choc Derrière les scènes de guerrerie et la beauté convulsive des Couleurs de boucherie, c’est le retour à un insensé primitif qu’inventait la poésie d’Eugène Savitzkaya. Réédition d’un livre épuisé depuis longtemps. Impatiente, insoumise, défamiliarisante, la poésie d’Eugène Savitzkaya. Tribale, tout en éclats d’énergie pure, en spirale scripturale, elle consigne des impacts, pense avec le corps, délivre le refoulé, s’enfonce au plus nu du sensible portée par des logiques libidinales et par un irrépressible désir de découverte. « Ce livre est une exploration au cœur des reliquaires, dans les grottes et les fosses où furent inventées les images contant...
  • La Maison du soleil levant

    Poches Crépuscule d'un anti-héros La famille Holland, chère à James Lee Burke, s’agrandit d’un ancêtre détonnant. James Lee Burke est sans conteste un des géants du roman noir américain contemporain. Son œuvre, composée d’une quarantaine de romans situés entre Louisiane, Montana et Texas, est une montagne faite de pics abrupts et de vastes plaines tortueuses où circulent des torrents furieux (les séries autour de personnages phares, de Dave Robicheaux avec plus de vingt volumes, à Billy Bob Holland et Hackberry Holland). La Maison du soleil levant est...
  • Patiente 66 : (Une lobotomie américaine)

    Théâtre Pas la tête de l'emploi La statue de la Liberté dissimule un secret sous ses jupes, la Patiente 66. Il faut « guérir » l’autre, ou le faire disparaître. Le 28 novembre 1941, à l’âge de 23 ans, sur décision de son père, Rosemary Kennedy subit une lobotomie en raison de troubles de l’humeur et du comportement, impensables au sein d’une famille catholique qui se veut exemplaire à tous points de vue et dont le destin semble définitivement tracé : diriger le pays. Cette opération, ratée, la laissera handicapée mentale jusqu’à la fin de ses jours, recluse dans une institution religieuse où elle...
Intemporels
par Didier Garcia

Le chant du cygne

Dans Vers l’abîme, Erich Kästner (1899-1974) ausculte la société allemande de l’entre-deux-guerres. Avec le regard d’un moraliste. Nous voici dans le Berlin du tout début des années 1930, autrement dit à la fin de la république de Weimar et avant l’arrivée d’Hitler au pouvoir en janvier 1933. Au début du roman, Fabian, protagoniste tout juste trentenaire, est encore employé par une agence de publicité. Mais ce confort professionnel ne dure pas : quelques pages plus loin, le jeune homme apporte malgré lui sa contribution aux millions de chômeurs que l’Allemagne s’emploie alors à créer. Libéré de toute contrainte sociale et profondément désabusé, il se laisse emporter par la vie bien plus qu’il ne se raccroche à elle,...
Le Matricule des Anges n°193