La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

RUBRIQUE Histoire littéraire

Les articles

Kouic : Anthologie des charabias, galimatias et turlupinades

de Noël Arnaud , Patrick Fréchet
Jeux interdits Anthologie rêvée et conçue par Noël Arnaud, l’un des plus grands collectionneurs d’avant-garde, Kouic rassemble les perles d’une langue française qui prend parfois le mors aux dents. Le langage a ses marges et ses terrae incognitae  : zones de turbulences, où la pression grammaticale chute au baromètre de la norme, où le sens ploie sous la vague, où le vocabulaire prend ses aises et s’hybride en de drolatiques formations, où les parlures bigarrées prennent vie et s’animent d’une danse propre… Langues parodiques, glossolalies, calembours et contrepèteries, boniments ou anagrammes : tant d’espèces qui naissent lorsque la langue musarde, déraille, joue d’elle-même et se retrouve soudain la bride sur le cou. Kouic est le musée secret de ces spécimens linguistiques rares,...
avril 2022
Le Matricule des Anges n°232

La Passion des Lettres. Correspondance choisie 1839-1880

de Gustave Flaubert

Le vieux troubadour

En ces jours calamiteux, reprenons courage avec Flaubert : une anthologie de sa correspondance, riche et roborative, nous le permet. Quatre mille cinq cent quatre lettres, cinq volumes de La Pléiade : comme souvent avec Flaubert, il nous semble devoir affronter le monstrueux, le gargantuesque et le labyrinthique quand nous abordons sa correspondance. Cependant, si nous voulons lui rendre hommage à l’issue de cette année anniversaire (il est né le 12 décembre 1821), l’entreprise pourra être tentée, avec Élisabeth Brunet...
mars 2022
Le Matricule des Anges n°231

Cingria. L’extincteur et l’incendiaire

de Océane Guillemin , Daniel Maggetti

Dans un alphabet vociférant

Écrivain baroque à la spontanéité déflagrante, à la prose aussi somptueuse que capricante, Charles-Albert Cingria avait un sens inné de l’illumination continuelle. Un livre-album lui rend magnifiquement hommage. Que reste-t-il d’une vie ? Quelques traces, des objets, les fétiches d’une présence. Mais ce « presque rien » peut constituer le sésame ouvrant à la vérité intime de cette vie. C’est exactement ce que nous propose L’Extincteur et l’Incendiaire, un livre-album où Charles-Albert Cingria (1883-1954) prend corps et existence au cœur du paysage culturel qui fut le sien. Couronnant la publication...
février 2022
Le Matricule des Anges n°230

Prison

de Emmy Hennings

Purger sa peine

Figure majeure du dadaïsme, Emmy Hennings (1885-1948) témoigne, dans un récit poignant, de la prison dans l’Allemagne de 1914. Avec Prison, le lecteur français peut enfin lire Emmy Hennings, poétesse, romancière, « cabaretiste » comme elle se désigne, danseuse d’avant-garde, modèle nue, performeuse de la première heure et créatrice de marionnettes. Épouse d’Hugo Ball, elle le suit dans ses errances et sa misère entre Suisse et Allemagne, elle morphinomane, lui qui la bat et l’envoie tapiner. Ils fondent ensemble le...
février 2022
Le Matricule des Anges n°230

Francis Picabia, rastaquouère

de Bernard Marcadé

Picabia, marginal à jamais

insoumis, il a été comparé à un Christophe Colomb de l’art qui naviguerait sans boussole et n’a jamais obéi qu’au plaisir d’inventer. Bernard Marcadé lui consacre un livre ultradocumenté qui se lit comme un roman. Il aura vécu pied au plancher et sa peinture comme ses écrits n’auront jamais été que des reflets de sa vie. Une manière de dire oui à la vie, qui se traduisit par le goût du scandale, une soif d’événements, un incessant besoin d’amour, des achats compulsifs – de maisons, de voitures (il en posséda 127), de bateaux. « Je suis païen et immoral, j’ai toujours besoin de plusieurs femmes...
février 2022
Le Matricule des Anges n°230