La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Naufrage en terre Adely

septembre 2002 | Le Matricule des Anges n°40 | par Anne Riera

Le narrateur est assis dans une loge de théâtre. Il assiste consterné à un énième remake des Liaisons dangereuses. Il se demande ce qu’il fait là et se rappelle que quelques heures plus tôt il descendait d’un avion. Qu’il était parti en Egypte sur les traces d’un père qu’il n’a pas connu et que, parmi les reliefs de sa vie, il s’est découvert un frère. Une histoire apparemment simple. Pourtant, tout dans le dernier roman d’Emmanuel Adely semble tiré par les cheveux. À commencer par ce père improbable, ancien ministre égyptien mort en exil. On n’en saura guère plus sur le bonhomme, pas plus que sur la mère -il faut dire que le sujet avait été largement épuisé dans son poignant Jeanne, Jeanne, Jeanne-, ou sur son entourage. Le narrateur, tout entier recroquevillé sur lui-même, ne s’intéresse à personne et s’autoflagelle avec concupiscence. Adely multiplie avec dextérité les abîmes spatio-temporels et les niveaux de souvenirs, mais l’alchimie ne fonctionne plus. On a pourtant aimé ici ses précédents romans, ses longs monologues tortueux, la plume plantée dans les sédiments de l’âme. Son écriture a perdu ses envoûtements lancinants, le texte, boursouflé, suinte désormais le procédé. Son personnage exaspère. Il ressasse, se plaint, gratte ses pustules et, entre deux tirades, pense à prendre rendez-vous chez son dermatologue. C’est que l’homme peut aussi se montrer terre à terre, à l’image d’une société qu’il condamne sans appel. Il renie son milieu, écœuré par le spectacle de bobos digérant avec application des extraits de Laclos et estime, lui, avoir, dans le désert, touché du doigt la « réalité ». Il croit, dernière nostalgie occidentale, pouvoir décrypter dans la misère austère du tiers-monde, les sublimes vestiges de la vraie vie. On refuse définitivement de le suivre dans cette voie-là.

Fanfare
Emmanuel Adely
Stock
168 pages, 13,60

Naufrage en terre Adely Par Anne Riera
Le Matricule des Anges n°40 , septembre 2002.
LMDA PDF n°40 - 4.00 €