La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poches L’inventaire du vivant

septembre 2002 | Le Matricule des Anges n°40 | par Thierry Cecille

Imaginons un Gaspard David Friedrich inédit : un cavalier, de dos, équipé d’un attirail hétéroclite, tente, sur un cheval hésitant, de traverser des marais, dans la lumière énigmatique d’une nuit sans obscurité, avec, au fond de l’horizon, des sommets inhospitaliers et des glaciers. Voici Linné en Laponie : le naturaliste suédois entreprend alors son premier voyage, en 1732, « par la grâce de Dieu, aux dépends de la Société royale des Lettres et Sciences en vue d’instruire l’histoire naturelle de Laponie ». Ce sont là les notes de son carnet de routes, le journal d’une enquête. Comme tente de le dire la présentation alambiquée de cette belle édition en collection de poche (la première édition date de 1983), il s’agit, pour Linné, d’observer et de décrire -ici, pourrait-on dire, voir c’est nommer et nommer c’est voir. D’où une sorte de discrète poésie du concret, d’émerveillement de l’énumération : plantes -dans les fossés « l’eau fleurit »- et insectes, alouettes, grives et coucous qui l’accompagnent de leurs chants, mais aussi sculpture abstraite découverte dans une « pierre à laver qui contenait trois grands carreaux de granit noir, comme si un tailleur de pierre artiste les y avait incrustés ».
Cet homme en marche et en éveil, c’est un peu aussi le Rousseau des Confessions, qui s’émerveillait d’une cascade alpine ou rencontrait sur sa route des aventuriers : Linné, héros picaresque, manque de périr en une « traversée du Styx », au milieu de ruisseaux profonds et de ponts pourris, ou doit subir la conversation stupide de prêtres, « ânes jouant de la lyre ». Ces épisodes agrémentent une description anthropologique et ethnologique de ces Lapons qui calculent leur fortune en rennes, chez qui les femmes « quand elles vont accoucher boivent de l’eau-de-vie avec du poivre » -et dont il finit par admirer la « summa tranquillitas ».

Voyage en Laponie
Carl von Linné
(Mise en français de Turid Wadstein-Gette et Paul-Armand Gette)
La Différence - 318 pages, 10

L’inventaire du vivant Par Thierry Cecille
Le Matricule des Anges n°40 , septembre 2002.
LMDA PDF n°40
4.00 €