La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

La rédaction Thierry Cecille

Message Envoyer un message

Thierry Cecille

Articles

Du coin de l’œil : Ecrits sur la photographie

de Nicolas Bouvier
La vie est là Qu’il voyage au loin ou entre les rayons d’une bibliothèque, Nicolas Bouvier collectionne les images : visages et paysages du monde-tel-qu’il-est. Nicolas Bouvier le répétait sou-vent : son véritable métier, celui qui le nourrissait, était celui d’iconographe, c’est-à-dire non pas, « comme une étymologie trompeuse pourrait le suggérer, un peintre d’icônes » mais un « chercheur d’images, qu’une clientèle variée lui demande, et qui ce faisant en trouve de plus belles, cocasses, singulières qu’on ne lui demandait pas ». Par ailleurs, bien sûr, il photographia durant ses voyages ce que son « usage du monde » lui permettait de découvrir. Il fut également, au début de son séjour au Japon, durant quelques mois, photographe pour des...
juin 2020
Le Matricule des Anges n°214

Cendrillon en Pologne

de Jérôme Delclos

Vita nuova

Choisir Oswiecim pour recommencer sa vie, c’est l’insolent défi que relève l’héroïne de ce roman détonnant de Jérôme Delclos. Avant de devenir Auschwitz, Oswiecim était une importante bourgade de Silésie, proche de Cracovie et nœud ferroviaire crucial – d’où le choix des Allemands. Les Juifs composaient une forte proportion de la population. Aujourd’hui, aux abords de la place centrale, le Rynek, une synagogue a été transformée en musée : en dehors des chemins balisés du tourisme concentrationnaire, on peut y faire...
mai 2020
Le Matricule des Anges n°212-213

Monstres fabuleux

de Alberto Manguel

Alliés substantiels

Les êtres de papier qu’invente la littérature seraient-ils nos amis les plus chers, nos parents les plus proches ? Alberto Manguel n’est pas loin de le penser. Uaudrait-il inventer un nouveau genre littéraire : l’essai voyageur ? Le répertoire magique ? L’abécédaire des fantasmes ? Une fois encore, Alberto Manguel nous embarque, passagers à la fois ensorcelés et attentifs, dans un navire qui, à pleines voiles, va explorer l’archipel des œuvres littéraires de temps et lieux divers. Son cerveau serait-il une toile aux lacs plus nombreux encore que...
mai 2020
Le Matricule des Anges n°212-213

Le Détour

de Luce d’Erano

Mémoire en travaux

Pendant près de trente ans, Luce d’Eramo (1925-2001) explore et réécrit son passé, composant une œuvre passionnante et unique dans la littérature concentrationnaire. Dès l’abord, la quatrième de couverture nous intrigue : « Luce d’Eramo, élevée dans une famille de dignitaires fascistes, partit de son propre chef en Allemagne en 1944 pour intégrer un Lager, un camp de travail nazi ». Quand nous feuilletons le volume, notre étonnement croît : l’œuvre est constituée de quatre parties, chacune datée, de la première, indiquant « Écrits de 1953 à 1954 », à la...
mars 2020
Le Matricule des Anges n°211

Nous avons les mains rouges

de Jean Meckert

Salauds de ploucs !

Au lendemain de la Libération, les jeux n’étaient pas encore faits : Jean Meckert raconte avec force quelques épisodes de l’Épuration qu’on dit sauvage. Si en 1944, on avait, en général, strictement châtié, on ne rougirait pas de faire quotidiennement la rencontre, aujourd’hui, sans le moindre malaise de leur part, d’hommes déshonorés, de gredins ironiques, tandis qu’un personnel falot garnit les prisons (…). La vérité est que la compromission avec la duplicité s’est considérablement renforcée parmi la classe des gouverneurs » : ainsi parle...
mars 2020
Le Matricule des Anges n°211