La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Revue Bref

novembre 2002 | Le Matricule des Anges n°41

Missives (numéro spécial Moscou à présent)

Pour ceux que la littérature russe titille, on ne peut que conseiller la dernière livraison de la revue Missives. Né d’une collaboration avec le Festival Est-Ouest de Die, son numéro spécial (ouvert également à la photo et à l’art contemporain) présente un état des lieux de l’édition (à l’aube du capitalisme) et de la création littéraire moscovites d’aujourd’hui. Après les patriarches (Soljénitsyne), les auteurs du dégel (Bitov), la génération dite des balayeurs et des veilleurs de nuit -lus sous le manteau (Erofeïev, Sorokine), la « jeune » vague post-soviétique semble faire preuve d’une belle vitalité. Andreï Lebedev, à qui l’on doit ce panorama, présente une dizaine d’auteurs, textes à l’appui. Hormis Ludmila Oulitskaïa ou Viktor Pelevine (bien connus sous nos latitudes), on signalera trois voix qui font parler d’eux à Moscou. Le réalisme magique d’Andreï Levkine, la poésie violente et contestataire d’Alina Vitoukhnovskaïa et surtout la prose américanisée et loufoque de Leonid Kostioukov. Sa première œuvre (Le Grand Pays) a fière allure : « sur les grandes artères (…) les rennes filent comme des bolides, et si leurs bois se heurtent, pas question de s’arrêter, on ne voit qu’étincelles et bois brisés ».

Missives - 144 pages, 12,20
(6, impasse Bonne-Nouvelle 75010 Paris)

Bref
Le Matricule des Anges n°41 , novembre 2002.
LMDA PDF n°41
4,00 €