La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français J’ai trop mal au cerveau

novembre 2002 | Le Matricule des Anges n°41 | par Ludovic Bablon

Regardez : à New York et en Europe, un jeune écrivain, une jeune peintre. Par exemple, elle lui a écrit une lettre, le 12 janvier 1996. On la découvre par fragments : p.9 (texte à trous), p.105 (partie gauche cachée), p.138 (fragment comme une fenêtre horizontale). Autre chose : p.69 on lit le seul mot « avec », au centre, entre parenthèses ; p.133 on retrouve une série anaphorique en « avec… », « avec un sujet sériel, avec de faux prétextes, avec Mona qui me regarde », etc. P.136, on est ramené à quelque chose qu’on a déjà entrevu p. 81, un poème qui se passe à l’angle d’une rue à SoHo. Tout le livre est à l’avenant ; formaliste, complexe, lacunaire et répétitif, avec des airs de techno ou de Variations Goldberg, la reprise de motifs et de leitmotive. Et vous savez pourquoi ? Parce que Mona est morte (sans doute la lettre du 12 janvier est sa dernière), et que le narrateur écrivain n’a que ça pour refaire une mémoire : pas si formaliste.
Somme toute, « Mona se suicide » est une phrase trop simple ; dans ce premier roman plutôt brillant, Mathieu Larnaudie recherche donc tous azimuts (dont quelques impasses) le moyen de traiter le deuil, et aligne les doubles pages de phrases répétées, les collages, les fragments discursifs, narratifs et descriptifs, les jeux de corps et de dispositions typographiques (gras, italiques, souligné, corps 8, 10, 12), pendant 47 « dispositifs » juxtaposés. Colligeant cette matière éparse, le lecteur averti devra reconstituer lui-même cet amour fait d’art ici représenté par un art fait d’amour ; cette affectivité post-moderne, ce couple qui sautait comme un vinyle samplé, ressurgiront alors de sous leur forme d’anaphores, dialogues remémorés, évocations sexuelles. « J’ai trop mal au cerveau », disait toujours Mona la difficile. Pour avoir mal lui aussi, l’écrivain-narrateur s’est râpé les méninges, et a sorti cette prose qui tourne en rond, en boucle, en dérision, et qui se commente sans cesse parce qu’elle n’atteint pas son objet-défunt.
Résultat, un livre libre et enthousiasmant, dont on saute quelques pages et dont on lit avidement beaucoup d’autres.

Habitations simultanées
Mathieu Larnaudie
Farrago/Léo Scheer
180 pages, 15

J’ai trop mal au cerveau Par Ludovic Bablon
Le Matricule des Anges n°41 , novembre 2002.
LMDA PDF n°41
4.00 €