La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Théâtre Gagarin way

novembre 2002 | Le Matricule des Anges n°41 | par Laurence Cazaux

Je voulais écrire quelque chose sur le XXe siècle et je voulais écrire quelque chose sur l’économie… et c’est devenue Gagarin Way. Une comédie« , explique l’auteur dans la préface. Mais une comédie à l’humour très noir. Deux employés d’usine, Eddie et Gary décident de kidnapper et de tuer un responsable économique pour protester contre la mondialisation. La violence pour essayer de redonner du sens à leur vie. Mais au fur et à mesure du déroulement de la pièce, tout rate lamentablement. Ils voulaient kidnapper un Japonais, ils se retrouvent avec quelqu’un du même village qu’eux. En essayant de lui expliquer pourquoi ils veulent le tuer, ils s’aperçoivent que leurs arguments ne tiennent pas le choc, que l’ennemi n’a pas de visage ou du moins pas celui de leur otage avec qui ils sympathisent, »un des principaux risques du métier de kidnappeur« selon Eddie. La pièce se termine malgré tout par des meurtres. Avec cette dernière réplique lapidaire : »On ferait bien de se grouiller… Faudrait pas qu’on soit en retard (au boulot, ndlr), quand même".

Gagarin Way
Gregory Burke
Traduit de l’écossais
par Dominique Hollier
Les Solitaires Intempestifs
120 pages, 9

Gagarin way Par Laurence Cazaux
Le Matricule des Anges n°41 , novembre 2002.
LMDA PDF n°41
4.00 €