La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Revue En bref

novembre 2003 | Le Matricule des Anges n°48 | par Dominique Aussenac

Lignes N°12

Le Nouveau désordre international Jean-Luc Nancy, Alain Badiou, Jacques Rancière, Alain Brossat, Abdelwahab Meddeb, Pascal Michon, Yitzhak Laor, Goran Fejic, Bernard Noël, Éric Le Grand
Editions Lignes/Léo Scheer

Sous le thème du « Nouveau désordre international », Lignes N°12 s’interroge sur ce qu’il convient de penser (ou voir) de l’agression américaine contre l’Irak. Cela donne un nouveau dossier à charge contre l’administration Bush et le pouvoir israélien. Contre la première, la puissante « chronique d’une guerre » d’Abdelwahab Meddeb impressionne : le droit, l’histoire, la philosophie et la littérature sont maniés avec une rigueur qui manque aux intellectuels des « médiacraties » occidentales. Contre le pouvoir israélien, la mordante ironie d’Yitzhak Laor posera un problème à ceux qui soutiennent Israël au nom de l’anti-antisémitisme : l’écrivain est israélien… La pensée de Bernard Noël, sur le même thème est d’une clarté et d’une précision enfantine : s’il s’agit de condamner tous les terrorismes, condamnons alors les assassinats ciblés auxquels se livre l’armée israélienne. Le dossier se clôt par le témoignage d’un facteur parisien sur les grèves du printemps, manière d’entériner l’idée que la même domination s’impose, sans corps visible, partout. Concluons avec Jacques Rancière : « Ce n’est pas l’insécurité éprouvée qui rendait la guerre nécessaire. La guerre, plutôt, était nécessaire pour imposer l’insécurité. »

Lignes N°12 174 pages, 16
(Lignes/Léo Scheer)

En bref Par Dominique Aussenac
Le Matricule des Anges n°48 , novembre 2003.