La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Avec la langue Malin comme un singe

novembre 2005 | Le Matricule des Anges n°68 | par Gilles Magniont

Pour remédier au monde comme il va, il faut des mots qui sentent l’ail.

À chacune de ses livraisons, Le Petit Robert fournit son lot de néologismes. On dirait parfois des cadavres. Un peu comme si une araignée gestionnaire s’amusait régulièrement à attraper de nouvelles victimes dans sa toile aux dérivés mention spéciale, pour l’édition 2006, aux espiègles relocalisation et déremboursement. C’est ailleurs, toutefois, qu’on porte ces jours-ci le regard. Autre façade à notre avenir folâtre : le composé mal-logement, dont les premières apparitions sont données comme relativement anciennes (1990), mais que diverses actualités ont récemment porté sur le devant de la scène. Plan ministériel, rapport d’Emmaüs, comptes rendus d’incendie, ici et là, décidément, il n’est plus question que de ce mal-logement.
Le vague de la définition « conditions de logement insatisfaisantes » permet d’expliquer en partie pareil succès. Mal est d’ordinaire dévolu à la désignation d’abstractions ou tout au moins de processus (de la malchance à la malnutrition) ; or il s’acoquine ici au logement : autant dire qu’on évite par là, tout en les dénonçant, d’exposer dans toute leur concrétude les chiottes insalubres. Était-ce déjà un peu le cas avec la malbouffe ? Sauf qu’un mot d’extraction populaire réintroduisait avec astuce le réel, et sa drôle de saveur.
Bénéfices de l’euphémisation, donc, encore et toujours. Si le mal-logement s’en tenait là, on n’en parlerait même pas. Mais il a sans doute une autre corde à son arc. Notez en ce sens que notre mal, d’ordinaire, intervient presque exclusivement dans des mots féminins (maldonne, malfaçon, malformation, etc. : à feuilleter le dictionnaire, on ne trouvera guère que mal-être pour échapper à cet usage). L’inusité masculin a alors un effet qui lui est propre : si l’on évoque le mal-logement, on n’envisage plus seulement l’élément initial comme une variante de l’adjectif mauvaise, soudée à l’instar d’un préfixe ; on lui conserve aussi, en partie, son autonomie nominale, comme en atteste le maintien du trait d’union (mal-logement vs malbouffe). Conclusion : quand j’entends le mal-logement, nul doute que j’entends aussi le mal. Voire le Mal. C’est quelque chose qui a trait avec la maladie, mettons combien de degrés en dessous du haut mal ? Ou alors certaine présence funeste : le signe du Malin. Lequel pourrait, par exemple, s’incarner dans un Axe bien nommé.
Qu’importe, en fait. Le mal-logement peut au choix connoter du Viral, du Métaphysique, du Terroriste ! L’essentiel, c’est qu’il ne sente pas trop son Politique, qu’on reste dans l’ordre des menaces confuses et des croisades généralistes. Qu’on puisse alors le faire figurer dans le nouveau calendrier des exorcismes d’État : le 17 octobre, journée « du refus de la misère » et journée « contre la douleur », restait un peu de place pour s’affronter vaillamment au mal-logement et pourquoi pas au mal-chauffage, au mal-faire-réparer-sa-voiture, faites votre marché aux fantômes. Bien sûr, l’opposition n’oubliera pas non plus de se servir, prompte qu’elle est à user des mêmes vocables, tuant gaiement dans l’œuf la portée contestataire de son discours : « L’enfer du mal-logement », titrait L’Humanité du 9 octobre, et c’était beau comme le titre d’une vidéo-cassette sur une étagère poussiéreuse, à proximité du Taudis des zombies.

Malin comme un singe Par Gilles Magniont
Le Matricule des Anges n°68 , novembre 2005.
LMDA papier n°68
6.50 €
LMDA PDF n°68
4.00 €