La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Théâtre Big blue eyes

septembre 2009 | Le Matricule des Anges n°106 | par Laurence Cazaux

Big blues eyes (suivi de) Sfumato (et de) Dans ton dernier visage

Les éditions Quartett publient un recueil de trois pièces de Dorothée Zumstein sur des destins de femmes qui basculent. Une bascule qui prend des allures de faits divers, quelques lignes dans un journal aux gros titres… Big blue eyes est inspirée par l’histoire de Mary Bell qui, en Angleterre en 1968, alors qu’elle avait 10 ans, a tué deux enfants de 3 et 4 ans dans son quartier. L’écrivain rebaptise le personnage Mary Burns et imagine un entretien télévisé donné par elle à 40 ans, pour comprendre ce qu’il y a dedans cette histoire. Cette interview est le point de départ pour tisser un lien par la voix entre la fille, la mère et la grand-mère, pour que se dise enfin le secret familial qui pèse comme une malédiction sur cette famille et aboutit au meurtre. Mary Burns va reconvoquer le passé, tous les temps vont se mêler, Mary Burns enfant, vêtue de son manteau rouge à capuche, sa naissance et l’inavoué de sa conception… Dorothée Zumstein visite le monde de la douleur, qui fige les corps et les âmes dans des postures intenables. Elle rythme ses paroles de suspension, de silences, de comptines, c’est une parole-confession qui se cherche, se chuchote presque. Une parole quasi chorale entre ces trois femmes. Une confession offerte à l’enfant de Mary Bell, une fille elle aussi, pour qu’elle n’ait plus à porter le fardeau du secret. Il y a quelque chose de prenant dans ce processus de dévoilement, qui tient du film policier. Les deux autres textes Sfumato et Dans ton dernier visage ont été écrits en amont. Ce sont deux monologues de facture plus classique. Deux destins de femmes, Marie et Violette, elles aussi figées sur un malheur, repliées dans leur mystère qu’elles tentent de nous dévoiler.

BIG BLUE EYES (SUIVI DE) SFUMATO (ET) DANS TON DERNIER VISAGE
de DOROTHÉE ZUMSTEIN
Quartett, 112 pages, 12

Big blue eyes Par Laurence Cazaux
Le Matricule des Anges n°106 , septembre 2009.
LMDA papier n°106 - 6.50 €
LMDA PDF n°106 - 4.00 €