La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Revue Relire l’Histoire

juin 2010 | Le Matricule des Anges n°114 | par Emmanuel Laugier

Ecritures contemporaines N°10

La dernière livraison de la revue Écritures contemporaines se penche sur les nouvelles écritures littéraires de l’histoire. Si la littérature ne semble jamais totalement s’en être écartée, y compris dans des mouvements tel que le Nouveau Roman, où elle se trouble et s’abstrait presque, les années 80 marquent ce que Kibedi Varga a appelé une forte renarrativation des récits historiques. Le Nom de la rose (Umberto Eco, 1980), L’Acacia (Claude Simon, 1989) ou encore, antérieur de presque vingt ans, La Route des Flandres, en témoignent. Parallèlement à la remise en question de l’apport de l’École des Annales (de Marcel Gauchet à Pierre Nora ou Georges Duby…), à l’évolution critique des sciences humaines, aux réflexions de penseurs tels que Blanchot, Bataille ou Foucault, la littérature « revient elle-même visiter », entre autres, « les continents oubliés de l’écriture biographique » (Dominique Viart). Songeons à Pascal Quignard, Claude Louis-Combet, Pierre Michon, Michel Chaillou ou Christian Garcin et ses Vidas. Ce panorama, étendu des conséquences de la Grande Guerre (de Barbusse à Semprun) à ce qu’il resterait des utopies, ou de leur suspension (Volodine), en passant par la guerre d’Algérie (Koltès, Bertina), l’histoire politique du roman noir (de Simenon à Manchette, ou Daeninckx), réussit ainsi à éclairer comment les histoires « minuscules » de la littérature renouvellent les lectures stratifiées de la grande Histoire.

Écritures contemporainesN°10, sous la direction de Dominique Viart, 368 pages, 18
éditions Lettres Modernes Minard

Relire l’Histoire Par Emmanuel Laugier
Le Matricule des Anges n°114 , juin 2010.
LMDA papier n°114
6.50 €
LMDA PDF n°114
4.00 €