La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Essais L’art des séries télé

juin 2010 | Le Matricule des Anges n°114 | par Gilles Magniont

L' Art des séries télé, ou comment surpasser les Américains

Qu’est-ce qui nous interdit de rassembler sept ou huit millions de spectateurs autour d’un récit en images intelligent et troublant ? « . La question est excellemment posée : dans les pays anglo-saxons, elles semblent innombrables (Oz, 24h chrono, Torchwood, Breaking Bad, Six Feet Under, Fringe, etc.) ces séries télévisées et fameuses qui depuis des années ne cessent d’inventer ; ici (bas), quasiment rien, c’est-à-dire le choix entre de sinistres sagas qui proposent à l’infini un » univers mimétique des classes moyennes « et des expérimentations hasardeuses qui tapent toujours à côté. Car la french cinéphilie, si fervente, se désintéresse des ressources propres au feuilleton : en quoi celui-ci s’avère » le plus verbal des arts audio-visuels « , de quelle manière il constitue un véritable » art de la redondance « , combien il est indissociable d’un fonds moral. Grâce à ses analyses très précises, susceptibles d’intéresser le curieux comme l’aficionado - et de favoriser la prise de conscience des scénaristes hexagonaux… -, Vincent Colonna apporte son utile concours à l’émergence d’une littérature critique es séries TV (on se souvient des Miroirs de la vie de Martin Winckler). Malheureusement, son essai n’avance pas toujours aussi vite qu’on le voudrait ; on bute notamment sur des phrases telles que : » Comme le rappelle Walter Benjamin, tout bon récit a un contenu cognitif, apprend quelque chose « . Pour asséner d’aussi transparentes évidences, faut-il faire assaut de références ? Non que L’Art des séries télé pèche par prétention. Disons plutôt qu’il s’alourdit inutilement d’un mix très contemporain (ici Walter + cognitif), où Aristote et les rhétoriciens tous azimuts donnent la main aux modèles neurobiologiques et aux » présélections inhérentes à chaque espèce animale ", ce qui a pour effet de dessiner un savoir très positif, scientisme nouveau et pataud.

l’art des séries télé
dE VINCENT COLONNA
Payot, 374 pages, 20

l’art des séries télé
dE VINCENT COLONNA
Payot, 374 pages, 20

L’art des séries télé Par Gilles Magniont
Le Matricule des Anges n°114 , juin 2010.
LMDA papier n°114
6.50 €
LMDA PDF n°114
4.00 €