La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Revue The bel aujourd’hui

octobre 2010 | Le Matricule des Anges n°117 | par Emmanuel Laugier

Revue Ah ! n°10

Vieille dame centenaire, la revue de l’Université de Bruxelles, pluridisciplinaire et voyageuse, rebaptisée Revue Ah !, a ouvert cette année ses pages à une proposition de travail de l’écrivain Jean-Claude Massera, titrée It’s Too Late to Say Littérature (Aujourd’hui cherche formes désespérément). Si son introduction (40 pages) remue autant dans les brancards de l’anti-littérature que dans le pur stylisme, elle n’en devient pas moins conséquente par les hypothèses qu’elle fait de ce que devrait, ou pourrait être, une littérature branchée sur de l’Aujourd’hui, sur ce qui se passe « today » dirait Massera, à travers le réel, du sample au virus informatique jusqu’aux pratiques de « second life » ou à celle de l’armée, par exemple. Si Massera peut parfois agacer par son langage « jeune », ou ses « donc » péremptoires, il n’en reste pas moins qu’un bon sens mixé à une certaine vision (visée) du champ de l’art et de la littérature contemporains finit par dessiner des pistes revigorantes de recherches, d’étonnements : soit à déboulonner (déverrouiller) les pratiques d’écriture de leur dogme, des genres où elles s’agglutinent jusqu’à mourir de leur propre processus de formatage.
De la critique d’écritures (« degré zéro de la motivation littéraire » dit-il) « d’une forme objet qui n’a d’autre nécessité que sa seule production », à celle du seul travail sur la langue comme rejet et récusation du monde (quelques auteurs P. O. L y perdent au passage quelques plumes), il ressort pour Massera toutes les raisons de pratiques se réappropriant les outils extérieurs à l’écriture elle-même, dont ceux des arts, voire de la communication, etc. « Alors au lieu d’écrire sur ou à propos de ces questions, de ces dossiers qui généralement nous dépassent : travailler là où l’observation et l’analyse journalistiques ou expertes ne peuvent pas intervenir (la nécessité d’un travail d’écriture) : dans les langages, les processus, et les systèmes de pensée et de représentation que se donnent les intérêts économiques, politiques, financiers ou encore militaires ». Les exemples donnés en courts extraits de livres, et précédés d’entretiens avec leur auteur, sont comme des vecteurs de chantiers à venir : de éric Arlix et son Le monde jou, utilisant les questionnaires du management de façons glaçantes et jouissives, aux Lettres de non-motivation de Julien Crémieux, en passant par les catalogues réinvestis de vente par correspondance de Claude Closky ou les infra-perceptions de Thomas Clerc sur le XXe arr. de Paris. Des champs où se révèle, finalement, tout un écart, presque schizophrénique, entre les codes d’une société, son histoire, et les conditions à réinventer d’une expérience pour les sujets de sa communauté.

Emmanuel Laugier

Revue Ah ! N°10
Editions Cercle d’art, 180 pages, 19

The bel aujourd’hui Par Emmanuel Laugier
Le Matricule des Anges n°117 , octobre 2010.
LMDA PDF n°117
4.00 €