La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Revue Désaffecté

octobre 2010 | Le Matricule des Anges n°117 | par Dominique Aussenac

Anacoluthe N°13

L’Anacoluthe : juron, monstre marin, maladie rare ? Non, figure de style, basée sur une rupture de la syntaxe, rendant un texte plus expressif. Ainsi que revue, créée en 1992 « qui prend son temps, publie peu, quand elle peut », surprenant par la qualité de ses textes et son unité. Les poèmes et nouvelles qui la composent, donnent une impression d’incorporalité, bien que le désir soit sous-jacent. Un sentiment intemporel et une volonté de délaisser toute forme d’identité et de possession. Guillaume Boppe s’interroge sur le rapport au réel « Il ignore comment ce maillot est venu à lui. Il ne sait pas si c’est la maison qui le lui a donné. » Philippe Annocque n’en finit pas de douter : « Me voici donc quasi en devoir de supposer que certains existent alors que d’autres, comme moi-même n’existent pas vraiment… » Tandis que Cédric Demangeot s’amuse avec un brin d’inquiétude de certaines expressions. « Une saute de vent », « Un pendu tout pendu » et sur sa façon de donner à son visage une forme de cul, de faire « le peu-niais ». Philippe Longchamp dans ses Compressions, concrétions et coulures recrée un langage aux images en brassées. « Au royaume des lumières tamisées qui friment, tous les pollens l’obsèdent. Je peux vous dire qu’elle en a cueilli, des montgolfières, et même avant qu’elles s’ouvrent. » Enfin, Pascale Petit conclut son Ne donne pas de réponses par « un feu d’artifice est une réponse vague comme des nuages qui vont l’un vers l’autre ». Une revue, huit auteurs aux démarches très picturales, des limbes en partage.

D. A.

L’Anacoluthe N°13
Le Roc du cavalier 105 pages, 8
(12 430 Ayssènes)

Désaffecté Par Dominique Aussenac
Le Matricule des Anges n°117 , octobre 2010.
LMDA PDF n°117
4.00 €