La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Revue Le cabaret des victimes

novembre 2012 | Le Matricule des Anges n°138

Alternant tableaux et chansons, Motti Lerner passe la société israélienne au scanner.

Le 4 novembre 1995, le Premier ministre israélien Yithzak Rabin est assassiné par un étudiant juif opposé aux accords d’Oslo qu’il venait de signer. Ces accords laissaient entrevoir pour la première fois la possibilité d’une paix entre Israéliens et Palestiniens. Motti Lerner est un dramaturge israélien né en 1949 dont les pièces parlent essentiellement de politique. Isaac assassiné a été écrit en 1999. L’action se passe dans un centre accueillant des personnes atteintes de stress post-traumatique. Les patients ont tous été victimes d’attentats, de faits de guerre, ou bien ont perdu des proches ou assisté à des scènes insoutenables. Les traitements mis en œuvre pour les soigner font appel au théâtre et au psychodrame. Une dizaine d’entre eux se retrouvent ainsi un soir à jouer, devant leurs familles et le personnel soignant, une pièce qu’ils ont eux-mêmes écrite et qui met en scène la société israélienne dans cette période précédant et suivant l’assassinat, une société défaite par la guerre, la haine et la première intifada. Ils en jouent les personnages clefs : le Premier ministre bien sûr, son assassin aussi, et puis les rabbins, les colons, les services de sécurité, les partisans et les adversaires de la paix, les étudiants orthodoxes.
À travers leurs débats apparaissent les lignes de fracture et les questions que l’État d’Israël se pose depuis toujours sur son existence même, sur le fait religieux, sur ses rapports avec ses voisins arabes – et cette question essentielle : la paix est-elle possible ? Parallèlement, les personnages décrochent de leur rôle pour s’adresser au public et donner directement leur point de vue de victime, commenter ou même répondre personnellement aux questions posées par le texte. Cette mise en abyme répond à celle utilisée par Peter Weiss dans Marat-Sade : un groupe d’aliénés de l’hospice de Charenton joue sous la direction du marquis de Sade l’assassinat de Marat par Charlotte Corday. Elle permet une mise à distance permanente, un effet de recul et de décalage qui donne à certaines scènes une forte coloration humoristique.
Cette radiographie d’Israël reste très actuelle. Les problèmes n’ont pas changé, et les questions posées par les personnages demeurent toujours sans réponses : « La haine n’est pas une fatalité. Aucun dieu ne nous ordonne de les haïr. Aucun dieu ne leur ordonne de nous haïr. Ce dieu-là n’existe pas. Le jour où nous cesserons de les haïr, leur haine s’éteindra. » Pour accentuer encore cette mise à distance, Motti Lerner a choisi une forme très proche du cabaret, de la revue, avec ses tableaux, ses chansons, ses musiques dont « la gaieté contraste avec la souffrance toujours présente », et ses personnages hauts en couleur. Talia, chanteuse d’opéra victime d’un attentat, passe son temps à se déshabiller. Eliahou, l’ultraorthodoxe tient des propos sans ambiguïtés (« Un Juif qui a besoin d’une greffe de cœur a le droit de tuer un Arabe et de lui prendre son cœur »). La représentante des colons nomme ses seins « Samarie et Judée » et son sexe « Gaza ». Nathan l’aveugle prétend voir mieux que les autres, et Ygal, qui joue l’étudiant assassin, ne sait jamais quand il doit tirer.
C’est une très grande force de ce théâtre israélien, que l’on retrouve aussi chez Hanock Levin, que de pouvoir s’emparer de sujets aussi brûlants et de les traiter avec humour et férocité. De se regarder en face sans complaisance et de dire les choses qui font mal. Ainsi de cet accord de paix dont Lola, bénévole dans le centre, dit : « C’était exactement le même accord dont on parlait avant la guerre. Mot pour mot. Alors, tout d’un coup, nous avons compris que nous avions sacrifié nos enfants pour rien (…), qu’ils étaient morts pour rien (…) ».

Patrick Gay-Bellile

Isaac assassiné
Motti Lerner
Éditions Théâtrales, 96 pages, 16

Le cabaret des victimes
Le Matricule des Anges n°138 , novembre 2012.
LMDA PDF n°138
4.00 €