La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Rouge est le sang

janvier 2014 | Le Matricule des Anges n°149

Après une scène de torture en prologue qui voit l’agonie d’un homme soupçonné d’avoir trahi la cause révolutionnaire, le roman nous amène à Belfast, où le jeune Paul Goodman a un rêve : devenir un jour champion de snooker. Voilà des années qu’il vit chichement avec sa mère, depuis que son père, membre de l’IRA, a disparu. En quête d’un travail, Paul se présente aux abattoirs, et après un bon bain de sang, est embauché. Il sombre alors dans un univers aussi malsain que nauséeux. Dans cet enfer officient Shank, patron vicieux, et ses deux filles, l’une dingue et violente, l’autre handicapée et dirigeant le travail des ouvriers d’une main de fer. Et ce n’est pas le seul ami de Paul, ironiquement surnommé Lucky Short, lâche, peureux et éternel looser, qui va le soutenir. En parallèle, nous découvrons une boutique de prêteur sur gages tenue par Philip Kennedy, et une autre monstruosité, sa femme Cathleen, obèse et boulimique, alitée en permanence et qui ne cesse de vomir (au sens propre comme au figuré) l’humanité tout entière.
Les deux histoires finiront par se rejoindre, feront le lien avec le prologue, mais si l’arrière-plan politique compte, si la question de l’impossible rédemption nourrit le récit, on retiendra surtout de ce roman l’atmosphère toute particulière, poisseuse, qui s’en dégage, avec ces sortes de freaks aux côtés de sadiques, de brutes ou de traites qui n’en sont peut-être pas. Tout le roman baigne dans une tension latente, à la limite de l’épouvante, mais qui vient en écho rappeler autant les arcanes de l’IRA des années 80 que la misère sociale en Irlande vingt ans plus tard.
Seul bémol à ce roman noir qui sent la mort à chaque page, pourquoi changer de titre pour la réédition poche ? Redemption factory, titre du grand format, avait au moins un sens en rapport avec le récit ; Rouge est le sang, d’une platitude qui se veut vaguement racoleuse ne sert pas le livre. Encore un mystère de l’édition…

Lionel Destremau

Rouge est le sang
Sam Millar
Traduit de l’anglais (Irlande) par Patrick Raynal,
Points Policiers, 224 pages, 7

Le Matricule des Anges n°149 , janvier 2014.
LMDA PDF n°149
4.00 €