La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

RUBRIQUE Domaine étranger
Proses

Les articles

Impossible

de Erri De Luca
Camarades, toujours Face aux mensonges d’État, l’écrivain italien revendique ses années de militantisme révolutionnaire. Une écriture sous haute tension. Il lit des vieux livres parce que « les pages tournées de nombreuses fois et marquées par les doigts ont plus de poids pour les yeux, parce que chaque exemplaire d’un livre peut appartenir à plusieurs vies. » Erri De Luca écrit cela dans Trois chevaux, en 1999, juste avant que ne s’achève ce XXe siècle qu’il maudit tant pour ses guerres. Il ajoute : « Les livres devraient mourir n’importe comment sauf d’ennui et de propriété privée, condamnée à vie à l’étagère. » Gageons que son nouvel ouvrage sera de cette trempe des livres libres, des livres qui vont et viennent, et finalement restent...
septembre 2020
Le Matricule des Anges n°216

Mémoires

de Errol Flynn

It’s only rock Erroll

La star d’Hollywood se raconte sans filtre. le sexe, l’alcool et les bateaux. Une autobiographie à contre-légende. Réédition. En dépit de la préface d’Éric Neuhoff qui insiste à le présenter comme « un écrivain », ce n’est pas pour son style qu’on lira Errol Flynn, en comparaison de qui Mike Tyson (La Vérité et rien d’autre) passerait pour Chateaubriand, et Keith Richards (Life) pour Saint-Simon. Flynn, qui se targuait d’écrire, aura négligé de sous-traiter ses Mémoires à un ghost writer. Foin du bandeau, on ne le...
septembre 2020
Le Matricule des Anges n°216

Lumieres aveugles

de Benjamín Labatut

Double visage

Le romancier chilien Benjamín Labatut confronte chimie et physique des particules à la folie, à la guerre et à la mort. Si l’on consent à ne pas être aveuglé par une laide et dissuasive couverture jaune et noire, une surprise de taille attend le lecteur de Lumières aveugles. D’abord un historique de ce poison violent qui eut la préférence d’Hitler, le cyanure. L’agent mortel avait été inventé en 1782 à partir du premier pigment synthétique moderne : le « Bleu de Prusse », couleur qui fit la splendeur de l’art...
septembre 2020
Le Matricule des Anges n°216

Cette brume insensée

de Enrique Vila-Matas

Cette brume insensée, d’Enrique Vila-Matas

Simon Schneider, « fournisseur de citations littéraires » (et donc héritier d’un art inventé par Georges Perec), travaille pour celui qu’il nomme « l’auteur distant », autrement dit son propre frère, le grand écrivain Rainer Bros, qui jouit d’une reconnaissance mondiale grâce à ses « cinq romans rapides » auxquels Simon a contribué à sa manière. Pourquoi distant ? Parce que Rainer est passé...
septembre 2020
Le Matricule des Anges n°216

Ce que je ne veux pas savoir

de Deborah Levy

Le Coût de la vie

de Deborah Levy

Vivante Deborah Levy

En deux opus, les mémoires de l’écrivaine britannique sont une mine d’humour angoissé, d’anecdotes incandescentes, de résistance féministe. Ce que je ne veux pas savoir, premier volet de la trilogie autobiographique de Deborah Levy, romancière, dramaturge et poète, s’ouvre sur un constat désespéré. « Ce printemps-là, alors que ma vie était très compliquée, que je me rebellais contre mon sort et que je ne voyais tout bonnement pas vers quoi tendre, ce fut, semblait-il, sur les escalators de gares que je pleurais le plus souvent »....
septembre 2020
Le Matricule des Anges n°216