La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Théâtre La Princesse, l’Ailleurs et les Sioux

janvier 2014 | Le Matricule des Anges n°149

La Princesse, l’Ailleurs et les Sioux

Stanislas Cotton nous livre une pièce courte, légère et grave à la fois, un conte de fées à l’envers ou de travers, l’histoire de Madame Pimprenelle, une très très vieille dame et de Monsieur Sigismond, un très très vieil homme. Ils vivent ensemble depuis longtemps. Mais la mémoire de Madame Pimprenelle fait des siennes et s’absente par moments pour aller dans l’Ailleurs. Elle s’imagine revenue au pays de ses 18 ans lorsqu’elle se sentait comme une princesse dans une grande salle de bal. Son mari lui devient étranger, elle le transforme alors en valet. D’autre fois, elle revisite ses 8 ans. Ce n’est qu’en mettant ses lunettes qu’elle découvre son erreur : elle n’est qu’une vieille peau qui pendouille de partout. Ce constat amène le cri. Et parfois la colère. Face à ce naufrage, Sigismond décide de se mettre à l’apprentissage d’une nouvelle langue car cela « stimule le bon fonctionnement de la tour de contrôle » et taquine les neurones. Il achète un manuel de langue sioux. Et c’est bien par la langue que cette pièce de Stanislas Cotton nous embarque. Une langue très ciselée qui reflète une pensée bousculée, pas de point dans les phrases mais des majuscules et des retours à la ligne qui donnent une rythmique singulière. La langue se déconstruit : « Quel âge est-il ? » ou « Ne pouretrais-tu me raider Laquais Quelle vache C’est qui C’est qui », demande Madame Pimprenelle. Mais elle se reconstruit aussi, différente, avec des airs de comptine d’enfance, comme si l’enfance et le grand âge se rejoignaient là aussi, dans la fabrication-construction-déconstruction de la langue. Et avec cette drôle de petite musique-là, Stanislas Cotton pose des questions graves, comme celle de l’euthanasie et de pouvoir choisir sa mort. « Do do Princesse Do / Princesse dormira bientôt. » Ce texte a été primé cette année dans le cadre des 24e Journées de Lyon des Auteurs de Théâtre.

L. Cazaux

La Princesse, l’Ailleurs et les Sioux
Stanislas Cotton
Éditions théâtrales, 42 pages, 11

Le Matricule des Anges n°149 , janvier 2014.
LMDA PDF n°149
4.00 €