La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Notre château

février 2016 | Le Matricule des Anges n°170 | par Eric Bonnargent

Après avoir publié en 2012 un ABC du gothique, un livre à mi-chemin entre l’anthologie et la fiction, Emmanuel Régniez continue d’explorer le genre avec un étonnant roman : Notre château. D’Octave, le narrateur, nous apprenons que depuis vingt ans et la mort accidentelle de ses parents, il vit avec Véra, sa sœur, dans « notre château », une bâtisse dont le père avait bizarrement hérité sans avoir le droit de l’habiter de son vivant. Octave et Véra vivent repliés sur eux-mêmes, à la fois frère et sœur, père et mère, amant et amante. Alors que Véra vit totalement cloîtrée, Octave se rend en ville chaque jeudi faire leur provision en livres : « Ma sœur et moi sommes hantés par les livres. Si nous avons décidé de nous retirer du monde, c’est pour lire, uniquement pour lire. Nous passons nos journées à cela, à lire et encore lire. » Tout aurait pu continuer ainsi s’il n’y avait pas eu cet incident du 31 mars sur lequel s’ouvre le roman, incident dont le premier effet est de faire dérailler le discours : « Le jeudi 31 mars à 14h32, j’étais à l’Hôtel de Ville, en train d’attendre mon bus, le n°35, quand j’ai vu le bus n°39, je l’ai suivi des yeux et j’ai vu, oui, j’ai vu, je le jure, ma sœur dans le bus n°39 qui, à 14h32, passait à l’arrêt Hôtel de Ville. J’ai vu ma sœur qui ne prend jamais le bus, qui n’a jamais pris le bus, qui ne prendra sans doute jamais le bus, je l’ai vue, à 14h32, dans le bus n°39. » De retour au Château, Octave apprend de sa sœur qu’elle n’a pas bougé de la journée… Les bizarreries s’enchaînent alors les unes aux autres, introduisant dans le récit un grandissant sentiment d’« inquiétante étrangeté », sentiment caractéristique du genre fantastique que Freud définissait comme l’intrusion de « ce qui devait rester un secret, dans l’ombre, et qui en est sorti ». Grâce à une langue à la fois acérée et lancinante, Emmanuel Régniez parvient avec ce premier roman à renouveler avec brio un genre, hélas oublié.
Éric Bonnargent



NOTRE CHÂTEAU
D’EMMANUEL RÉGNIEZ
Le Tripode, 157 pages, 15

Le Matricule des Anges n°170 , février 2016.
LMDA PDF n°170
4.00 €