La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français La Fin du monde n’aurait pas eu lieu

février 2017 | Le Matricule des Anges n°180 | par Camille Cloarec

La Fin du monde n’aurait pas eu lieu

Comme l’indique son titre, l’ouvrage de Patrick Ourednik est apocalyptique. L’auteur précise que « quelques-uns des scénarios de fin du monde qu’(il) envisage d’exploiter ici sont extraits des rapports secrets du Département de la défense des États-Unis sur le changement climatique, le monde numérique et les dangers de la mondialisation ». Autant de préoccupations contemporaines majeures qui hantent la vie de Gaspard Boisvert, son héros. Ancien conseiller du président américain le plus stupide de l’Histoire, ce dernier est également publicitaire pour Pernod-Ricard (initiateur de slogans percutants tels que « Un Ricard sans ricaner ! »), écrivain raté et petit-fils de Hitler.
La Fin du monde n’aurait pas eu lieu est un livre total, qui brasse (entre autres) les bombardements atomiques, les statistiques économiques, les références bibliques et les blagues asiatiques. Les quelques 111 chapitres qui le composent sont autant de séquences drôles, absurdes, décousues, qui reflètent les paradoxes de notre époque. Ce sont « des feuilles de toutes sortes et de tout format remplies de souvenirs, de réflexions, d’aphorismes », qui se moquent de nos angoisses, de notre modernité et de nos progrès. La contemporanéité est une obsession lugubre, puisque « demeurer hors de leur temps est le drame joyeux des gens dotés d’un minimum de jugeote ». Autre constat : la société occidentale est « la société la plus extraordinaire des deux derniers millénaires : elle avait inventé le temps linéaire, l’amour du prochain, le quatrième âge, la fission de l’atome, l’écologie et le végétalisme, l’avenir et le passé  ». L’auteur de Europeana, une brève histoire du XXe siècle nous offre un florilège de réflexions acides et ironiques sur nos travers et nos contradictions. Puisque, comme le signale quelqu’un, il est possible que toutes les prédictions catastrophiques se soient fourvoyées : « Je me tue à vous le répéter. Vous confondez la fin du monde avec la fin d’un monde. » Camille Cloarec

La Fin du monde n’aurait pas eu lieu
de Patrick Ourednik
Allia, 178 pages, 10

Le Matricule des Anges n°180 , février 2017.
LMDA papier n°180
6.50 €
LMDA PDF n°180
4.00 €