La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Le Canal aux cerises de Jocelyn Dupré

octobre 2017 | Le Matricule des Anges n°187 | par Richard Blin

Le Canal aux cerises

Tout en déambulations, le premier livre de Jocelyn Dupré, en variations autour de la notion de trajet et de l’art de s’inventer des parenthèses au sein d’une vie peuplée de contraintes. Un livre qui cherche sa voie – et sa voix – dans le sillage de celles de Jacques Réda, de Robert Walser, de Christian Bobin. Car ce récit est d’abord une promenade dans les livres aimés, la prise de conscience que l’appel d’un lieu n’est souvent que désir d’entrer dans le livre : « C’était dans le livre que je voulais aller, cela n’existait que dans le livre. »
À l’opposé de cette impossible déambulation, il y a les trajets qu’imposent les causes extérieures comme la perte du permis de conduire et donc la nécessité d’emprunter le bus, l’autocar, le train. Des parcours propices à la rêvasserie, à l’observation. « Le trajet existe en soi, il n’est pas la seule jonction d’un point d’arrivée à un point de départ. » Il est source d’événements mineurs, d’émotions et de sentiments s’éveillant et s’évanouissant au fil de ce qui s’ouvre au voyageur.
Donner corps aux sensations et se donner un corps de sensations, c’est ce qu’il trouve chez les écrivains qu’il aime, Cingria, Chaillou, Jaccottet, Goffette… Écrire devient une façon d’aller en leur compagnie. D’où ces pages aimantées par une marche le long d’un canal, une promenade, une brocante… Aller vers les choses pour se retrouver dans le regard qu’on porte sur elles, flâner, écouter, rêver, autant d’évasions qui donnent le sentiment d’exister, de retrouver une liberté de mouvements dans une existence étouffante. C’est ainsi que la descente vers la maison familiale des Cévennes se transforme en entreprise de réenchantement du monde, et que les vacances deviennent une enclave de fiction dans la vie réelle. Comme si on était, un peu, entrer dans un livre.

Richard Blin

Le Canal aux cerises de Jocelyn Dupré
Champ Vallon, 184 pages, 16

Le Canal aux cerises de Jocelyn Dupré Par Richard Blin
Le Matricule des Anges n°187 , octobre 2017.
LMDA papier n°187
6.50 €
LMDA PDF n°187
4.00 €