La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

La rédaction Richard Blin

Message Envoyer un message

Articles

Boxeurs de l’absurde

de Béatrice Bonhomme
Chanter sans enchantement Avec du vécu, Béatrice Bonhomme crée de la vérité. Une poésie qui rapproche et redonne au monde sa profondeur charnelle. Une passion très concrète de la vie irrigue la poésie de Bénédicte Bonhomme. Ouverte aux jeux du désir et de l’espace, écartelée entre possession et dépossession, nue, et toujours un peu déportée par le possible qui rôde au fond de l’impossible, sa poésie marie la brisure et l’élan, le manque et l’enfance, le déchirement et l’espérance. Un sang y bat, une langue y bat, qui donnent chair à l’être, à la vie dressée contre l’infinité de la perte et de la douleur. Composé de onze suites dessinant une mosaïque de moments vécus, de choses vues, de paysages méditerranéens, de souvenirs de...
mars 2020
Le Matricule des Anges n°211

Dernières poésies immédiates

de Matthieu Messagier

Chroniques de l’immédiat

Entre géographie mentale, humour organique et décharges d’images instantanées, la poésie funiculaire de Matthieu Messagier vise les étoiles pour mieux faire rempart à l’arrogance des mélancolies. Tout en parades sauvages et hautes hardiesses, outrances syncopées et pudeur de paradis, la poésie de Matthieu Messagier. Installée dans le paysage poétique français depuis le début des années 1970 – Messagier est l’un des cosignataires (aux côtés de Michel Bulteau, Zéno Bianu, Jacques Ferry, Jean-Jacques Faussot…) du Manifeste électrique aux paupières de jupes –, elle est polyphonie de...
mars 2020
Le Matricule des Anges n°211

Un radeau pour quelques solitudes violentes

C’est ainsi que Jean-Paul Michel définit William Blake & Co, sa maison d’édition qui fête ses cinquante ans. Un chemin de livres et une vie vouée aux signes, à la souveraineté de leur sorcellerie et au désir de rendre à l’acte d’art ses vivants enjeux d’être. S’il est difficile de dire ce que peut un livre, on sait ce qu’il devrait être : une action et un enjeu, un ton et une chance s’offrant sous les auspices d’une beauté d’encre et de papier. Le souci de la forme, de la matérialité, le soin porté à la dimension graphique et visuelle, l’invention, le désir d’associer le texte et la peinture, toutes ces manières d’élever l’édition au rang de...
mars 2020
Le Matricule des Anges n°211

Le Navire Arthur et autres essais

de Gérard Macé

L’homme est un boyau pensant

À l’heure où les déchets s’accumulent et où les maladies refont surface, Gérard Macé nous met en garde contre un hygiénisme qui peut se transformer en eugénisme. Outre qu’il a la curiosité nomade, Gérard Macé a l’art de faire d’un détail l’embrayeur d’un désir, d’un mouvement de recherche mêlant plaisir du récit, précision de la connaissance et joie de la découverte. Les six essais que regroupe Le Navire Arthur sont nés d’une note lue dans Le Miasme et la Jonquille d’Alain Corbin, à propos d’un fait historique, l’arrivée au large de Pointe-à-Pitre, en...
mars 2020
Le Matricule des Anges n°211

Cinéma de l’affect

de Sandra Moussempès

La chair de la voix

Entre exorcisme et théâtre vocal, la poésie de Sandra Moussempès donne présence aux forces qui sont à l’œuvre dans la matière de la voix. Saturée d’impalpable et de magnétisme l’écriture de Sandra Moussempès, et tissée des hauts mystères de ce que la voix fait au lecteur ou à l’auditeur. « Boucles de voix off pour film fantôme » annonce le sous-titre de son nouveau livre, Cinéma de l’affect se décline en sept séquences. Elles scandent les différentes étapes d’une déambulation parmi des dispositifs sonores, visuels et sensoriels...
février 2020
Le Matricule des Anges n°210