La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

La rédaction Richard Blin

Message Envoyer un message

Articles

Les Villes de papier : Une vie d’Emily Dickinson

de Dominique Fortier
Requiem pour une femme invisible Au fil de fragments qui font apparaître un étrange miracle poétique appelé Emily Dickinson, Dominique Fortier rend hommage à une poétesse qui s’est acharnée à rester inconnue. Étrangère à toute chapelle, à toute école, celle qu’on place parfois au rang de fondatrice de la poésie américaine, fut une femme des plus retirées et des plus casanières. En s’attachant aux lieux où elle vécut, Dominique Fortier cherche à ressentir ce que fut sa vie. En s’appuyant sur sa propre expérience de l’acte d’habiter, de la façon dont s’éprouve le sentiment d’être là, dans le temps et l’espace – car le fait d’habiter ne se résume pas à l’habitat, mais consiste en une suite d’actions et de pensées encloses dans un espace-temps qui imprègnent le corps et l’esprit d’impressions...
septembre 2020
Le Matricule des Anges n°216

La Grande Epaule portugaise

de Pierre Lafargue

Acrobate du verbe

Sous les auspices d’un roman aussi ubuesque que rabelaisien, Pierre Lafargue déploie une écriture en quête de ce qui, en elle, s’ignore encore. Avec Pierre Lafargue, cet irréductible qui conçoit l’écriture comme un rituel jubilatoire, la littérature va à l’inconnu, comme aimantée par les zones instables ou les territoires où il n’y a plus d’abri possible. On peut encore le vérifier avec son nouveau livre, La Grande Épaule portugaise. Cette épaule est celle d’un titan qui passe le plus clair de son temps à relever les bords du monde...
septembre 2020
Le Matricule des Anges n°216

Rien pour demain

de Bruno Remaury

Le temps est un artiste barbare

Dans un livre qui associe, connecte, relie, articule, c’est la vie à l’épreuve du temps, comme le temps à l’épreuve de la vie, que sonde Bruno Remaury. Bruno Remaury est un écrivain qui nous parle de la réalité avec la violence qui est celle de la réalité. Après s’être intéressé, dans Le Monde horizontal (Corti, 2019), à l’évolution de notre rapport au monde, à la façon dont on était passé de la verticalité des astres et des dieux du début des temps, à l’horizontalité si caractéristique de notre civilisation, c’est à notre rapport au temps,...
septembre 2020
Le Matricule des Anges n°216

Ce qu’ici-bas nous sommes

de Jean-Marie Blas de Roblès

Rémanences et sortilèges

Jean-Marie Blas de Roblès nous offre un feu d’artifice d’images, d’érudition et d’humour autour de l’obscure présence en soi de l’étrange. Roman qui glorifie les droits de la littérature sur la réalité, Ce qu’ici-bas nous sommes nous plonge dans une aventure aussi transversale qu’incongrue. Celle d’Augustin Harbour, un homme que sa passion pour l’ethnologie avait conduit, au temps de sa jeunesse, dans le désert du Sud libyen, en quête d’une cité perdue. Un désert impitoyable où il finit par s’égarer avant de tomber...
septembre 2020
Le Matricule des Anges n°216

Chamfort ou subversion de la morale

de Jean-Baptiste Bilger

Chamfort ou le crépuscule des idoles

Trop vif et trop paradoxal pour être cerné, trop imprévisible pour être compris, le plus immoraliste de nos moralistes a fini par brûler tout ce qu’il avait adoré. Jean-Baptiste Bilger dresse son portrait. Sa fin, en pleine Terreur, ressemble à un dénouement de tragédie. Dénoncé – pour s’être félicité de l’assassinat de Marat par Charlotte Corday – par un des employés de la Bibliothèque nationale dont il venait d’être nommé directeur, Chamfort est incarcéré. Finalement libéré, il est assigné à résidence jusqu’au jour où, comprenant que la Révolution l’a condamné, il tente de se suicider. Mais...
juillet 2020
Le Matricule des Anges n°215