La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français A happy woman de Fanny Chiarello

avril 2019 | Le Matricule des Anges n°202 | par Camille Decisier

En octobre 2017, Fanny Chiarello atterrit à New York, seule et pour la première fois. Elle s’apprête à accompagner un mois durant la très singulière Meredith Monk – chanteuse, compositrice, chorégraphe et scénariste, entre autres –, dont l’œuvre iconoclaste est emblématique d’une certaine avant-garde artistique qui avait pris ses quartiers dans la mythique « Kitchen » new-yorkaise. Armée de son admiration, d’un carnet, d’un stylo, et d’un anglais plutôt hésitant, elle trottine de répétitions en concerts, du silence de son appartement de Brooklyn au bouillonnement créatif du loft/atelier de Meredith, tentant de se faire aussi discrète qu’une souris. Mais paradoxalement, sa simple présence contrecarre tous ses efforts d’effacement. Et vice versa. L’autocentrisme de l’auteur est-il soluble dans l’admiration qu’il voue à son sujet ? Comment concilier la posture active de l’écrivain écrivant avec l’ambivalente passivité de l’observateur ? Le talent de Meredith Monk, s’il fascine la romancière, la renvoie fatalement à ses propres échecs ou inaboutissements, à ses doutes. Inexorablement, face à l’artiste, elle est face à elle-même, et transcrit sans détour la douleur qui en résulte, le vacillement de la confiance en soi ; car rendre hommage, c’est aussi se dissoudre dans l’ombre portée de son sujet, n’être plus qu’une paire de genoux sur lesquels on pose son carnet : « Ma position assise, bouche fermée, m’apparaît depuis mon arrivée ici comme une terrible métonymie. »
Portrait subjectif d’une personnalité complexe, A Happy Woman questionne en creux le frottement du réel sur les projections mentales et les fantasmes de l’écrivain. En plaçant l’artiste idéalisé dans la lumière souvent très crue de la réalité quotidienne, Fanny Chiarello l’empêche in extremis de devenir légende. Bien au-delà du témoignage, de l’hommage, et même de l’acte littéraire, elle signe un troublant acte de bravoure. C’est tout à son honneur. Car il faut du courage pour aller ainsi, à travers la rencontre avec l’autre, à la rencontre de soi-même.

Camille Decisier

Éditions de l’Olivier, 192 pages, 17

A happy woman de Fanny Chiarello Par Camille Decisier
Le Matricule des Anges n°202 , avril 2019.
LMDA papier n°202
6.50 €
LMDA PDF n°202
4.00 €