La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur André Du Bouchet

Ouvrages chroniqués

Carnet 2
de André Du Bouchet
En restituant la genèse, la lecture de ses Carnets éclaire la poésie d’André du Bouchet, sans en éluder la difficulté. La lumière sur quoi débouche la poésie d’André du Bouchet est aride, éblouissante, difficile à soutenir pour le lecteur que ne manquera pas de dérouter une écriture escarpée, abrupte. C’est qu’ici nul lieu ne se donne pour établi, nulle assise n’est possible. Le mouvement seul existe, incessant. « J’écris aussi loin que possible de moi » : ainsi s’exprime toute l’ambition du projet, et son implacable impossibilité. Comment atteindre à cet éloignement en effet, à cet écart d’avec soi, ailleurs que dans la dynamique d’une écriture foncièrement déstabilisatrice, toute en rupture, en...
Xavier Person
août 1999
Le Matricule des Anges n°27
L' Ajour
de André Du Bouchet
Parution du deuxième volume en poche des œuvres d’André du Bouchet. Le choix, établi par le poète, constitue un livre en soi et condense la traversée de vingt-trois ans d’un travail poétique majeur. Le 14 juillet 1958, Boris Parternak écrit : « Mon cher André du Bouchet, quand un rayon de soleil se fait jour à travers le jardin ombragé ou par les ténèbres de la forêt, chaque fois qu’il me brûle et m’éblouit, je pense à vous ». Et plus loin, s’excusant du retard de sa réponse, Pasternak dit de Dans la chaleur vacante : « à cause de l’air aveuglant, à cause des lignes « Avant que la blancheur du soleil soit aussi proche que ta main… – que le jour, en s’illuminant, m’ait découvert ici… Avant que le ciel ne soit asséché… » à cause de tout ce qui est dit du mur et dans les pages « Du bord...
Emmanuel Laugier
janvier 1999
Le Matricule des Anges n°25