La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Annie Dillard

Ouvrages chroniqués

Une enfance américaine
de Annie Dillard
2017
La romancière et essayiste Annie Dillard revient sur son enfance, avec mélancolie et humour. Je grandis à Pittsburgh dans les années cinquante, plongée dans les livres, dans une maison remplie d’acteurs comiques », annonce la narratrice d’Une enfance américaine. De fait, le récit autobiographique qu’elle livre nous plonge dans la Pennsylvanie d’il y a un demi-siècle, à l’époque où les femmes restaient enfermées dans leurs maisons « comme une pièce de monnaie dans un coffre-fort  », où la crise économique poussait les investisseurs ruinés à sauter de leurs bureaux, et où tout flottait dans un nuage d’inconscience. « Oh, le grand silence bruissant des quartiers vides de cette...
Camille Cloarec
juillet 2017
Le Matricule des Anges n°185
Pélerinage à tinker creek
de Annie Dillard
2010
Au sein d’une nature où le savoir ne l’emporte pas sur le mystère, c’est la force des signes élémentaires dont témoigne l’écrivain américain Annie Dillard. C’est en 1971 - suite à une pneumonie qui a failli lui coûter la vie - qu’Annie Dillard, à 26 ans, décide de passer plus de temps au contact de la nature. Elle, qui a fait des études de littérature et consacré sa thèse au Walden de Thoreau, s’installe donc à Tinker Creek, près d’une rivière, dans une vallée isolée de la chaîne des Montagnes Bleues. Guidée par une certaine nécessité, si ce n’est par une raison naturelle, c’est à la beauté intempestive du monde qu’elle retourne, à une proximité retrouvée avec l’élémentaire, à une expérience du monde synonyme de plénitude intimement vécue....
Richard Blin
juin 2010
Le Matricule des Anges n°114
En vivant, en écrivant
de Annie Dillard
Annie Dillard énonce les principes de l’écriture. Son texte se révèle une succession de remarques non fondées du type : « On a besoin d’une pièce sans vue, pour que l’imagination puisse s’allier au souvenir dans l’obscurité ». L’édifice ne repose sur rien et l’écrivain ne manque pas de se contredire. On lira plus loin : « Je me fiche de l’endroit où je travaille. » Puis, l’écriture passe brutalement à l’arrière-plan. Annie Dillard relate des expériences n’ayant plus que de lointains rapports avec son travail. On nous vend un témoignage pour un essai. En vivant, en écrivant manque...
Benoît Broyart
janvier 1998
Le Matricule des Anges n°22