La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Antoine Emaz

A propos

Animal lucide Lecteur de Du Bouchet et Reverdy, Antoine Emaz construit une œuvre sur les fondations d’une parole rare. Née au plus ras de la condition humaine avec En deçà, sa poésie mêle l’intime à l’universel. Sans illusion. Coincé entre Luc Lang et François Salvaing, sur la scène de l’amphithéâtre du Petit Palais à Paris où se tient le deuxième colloque sur les « Enjeux contemporains » de la littérature, le corps d’Antoine Emaz symbolise à lui seul la place de la poésie dans les rayons de nos librairies. Ramassé, comme replié autour d’une parole de peu, l’homme répond parcimonieusement à l’universitaire qui interroge ses trois invités. Il ancre ses propos dans l’expérience intime d’un quotidien à la banalité universelle. Quelques mots à peine là où ses deux compères développent une pensée. Mais des mots qui,...
mai 2008
Le Matricule des Anges n°93

“ De l’air ! “

Ses poèmes sont des essais de marquer le temps perdu, d’en extraire une émotion enfuie. Si Antoine Emaz ne croit guère en la postérité de son œuvre, du moins est-il assuré de la nécessité qu’il a de l’écrire. Tentative de mise au jour. Même si avec Lichen, lichen, il a prouvé qu’il savait parler de l’écriture poétique, Antoine Emaz se méfie de tous les discours qu’on peut faire sur la fabrique de poésie. C’est probablement que s’il pouvait dire l’indicible, il n’aurait plus besoin d’écrire. L’homme ne fuit cependant pas les questions ; c’est juste, peut-être, qu’il ne croit en aucune des réponses qu’il pourrait apporter....
mai 2008
Le Matricule des Anges n°93

Poèmes jusqu’à la corde

Peau continue d’explorer comment la surface des choses vient se coller à nos propres gestes. Peau entrecroise sur plus d’une année des poèmes rangés en cinq entrées : « trop », « seul », « lie », « corde » et « vert » sont davantage des sortes de titres, plutôt des amorces et des poches où quelques expériences (de la fatigue, de la légèreté, de la boue, de la pauvreté, de l’usure, etc.) peuvent se classer. C’est pratique, certes, mais pas du tout futile chez Antoine Emaz ; bien au...
mai 2008
Le Matricule des Anges n°93

Ouvrages chroniqués

Caisse claire : Poèmes 1990-1997
de Antoine Emaz
2020
De Caisse claire au livre posthume Personne, la même quête de sensible se poursuit : douce et lumineuse, la voix d’antoine emaz s’appuie sur un regard toujours au plus près du geste d’écrire. Né en 1955 à Paris, Antoine Emaz est décédé en 2019 à Angers, où il vivait. Depuis les années 80, son œuvre désormais importante s’inscrit dans la lignée de poètes comme Reverdy, Guillevic, ou encore Du Bouchet sur lesquels il a mené également une réflexion de critique littéraire. Déjà édité en 1996, le poème intitulé Personne donne son titre à ce recueil qui vient de paraître. Conçus à plus d’une vingtaine d’années d’écart, quatre autres ensembles de textes diversement publiés entre 2017 et 2018 attestent d’une même exigence : écrire signifie bien patience, peine, doute et...
Emmanuelle Rodrigues
juillet 2020
Le Matricule des Anges n°215
Personne
de Antoine Emaz
2020
De Caisse claire au livre posthume Personne, la même quête de sensible se poursuit : douce et lumineuse, la voix d’antoine emaz s’appuie sur un regard toujours au plus près du geste d’écrire. Né en 1955 à Paris, Antoine Emaz est décédé en 2019 à Angers, où il vivait. Depuis les années 80, son œuvre désormais importante s’inscrit dans la lignée de poètes comme Reverdy, Guillevic, ou encore Du Bouchet sur lesquels il a mené également une réflexion de critique littéraire. Déjà édité en 1996, le poème intitulé Personne donne son titre à ce recueil qui vient de paraître. Conçus à plus d’une vingtaine d’années d’écart, quatre autres ensembles de textes diversement publiés entre 2017 et 2018 attestent d’une même exigence : écrire signifie bien patience, peine, doute et...
Emmanuelle Rodrigues
juillet 2020
Le Matricule des Anges n°215
Lichen, lichen Illustration(s) de Anna Mark
de Antoine Emaz
2003
Antoine Émaz rassemble une série de notes sur les rapports écriture/vie. Des expériences d’éclaircissement face à la confusion des temps. Lichen, lichen est le premier livre d’Antoine Émaz qui ne soit pas un livre de poésie. Il inaugure le premier volume (il est accompagné de dessins d’Anna Mark), pour le compte des éditions Rehauts, d’une collection de textes à part, non destinés à la publication, en marge. Lichen, lichen est un carnet, une sorte de journal de bord, sans contrainte, sans plan, mais tenu au rythme régulier des soirs, des journées, des années… L’auteur confie, non sans quelques réserves, ou discrétion, que tout, chez lui, s’écrit sur ou à partir de carnets (on pense bien sûr aux petits carnets spiralés...
Emmanuel Laugier
janvier 2004
Le Matricule des Anges n°49
Soirs
de Antoine Emaz
Présenté sous forme d’un journal tenu du 22 mai 1996 au 7 décembre 1998, Soirs révèle au moins une ambiguïté. En effet, bon nombre de poèmes, ici, pourraient n’être pas datés, tant ce qu’ils disent échappe à l’instant, ne marque nulle date. Le temps se compte en saisons et en climat. Il est un compagnon presqu’immobile, figé, mort (« on compte le petit tas d’heures// on est encore là/ donc on peut tenir demain/ un autre petit tas/ et ainsi de suite// ça devrait aller »). Le monde extérieur n’apparaît que peu (« deux trois voitures/ là-bas sur la petite route/ un frottement de pneus/ dans...
Thierry Guichard
janvier 2000
Le Matricule des Anges n°29
Fond d’Œil
de Antoine Emaz
Antoine Emaz, dont Deyrolle a publié cet hiver Entre, écrit une poésie bornée. Et la qualifier ainsi signifie qu’elle répète en elle ce qui ne cesse de l’assaillir, et de la marquer : quelque chose insiste et fait retour en elle, parce qu’en face, dehors, il y a des choses qui font obstacle, quelque chose qui nous empêche de passer d’un point à un autre sans qu’il y ait un heurt, ou un incessant va-et-vient entre deux bornes. Chez Antoine Emaz, depuis Poèmes en miettes (Tarabuste), En Deçà (Fourbis) ou C’est (Deyrolle), ce sont des choses simples, jetées devant nous (ce peut être une...
Emmanuel Laugier
septembre 1995
Le Matricule des Anges n°13
Boue
de Antoine Emaz
1997
Boue confirme, s’il en était encore besoin, la singularité et la force de la voix d’Antoine Émaz. Un écorché vif parle. Toisième recueil d’Antoine Émaz publié par François-Marie Deyrolle (après C’est en 1992 et Entre en 1995), Boue s’oppose à une poésie contemporaine parfois trop expérimentale et difficile à déchiffrer. Car ce qui séduit d’abord, dans la voix d’Émaz, c’est sa lisibilité, sa transparence : « On va, tente d’aller. Difficile de trancher : on se déplace dans le même. On a bougé, c’est sûr, dans le même. Après des jours, on se dit : autant rester là. » Dès la première séquence (Boue en comporte dix-neuf), le poète travaille la phrase au corps, resserre le propos autour de son objet. Antoine...
Benoît Broyart
novembre 1997
Le Matricule des Anges n°21