La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Bruno Krebs

A propos

L'écriture des espaces Depuis plus de trente-cinq ans, Bruno Krebs traverse les frontières entre jour et nuit, rêve et réalité, mondes intérieurs et rencontres avec ses dissemblables. Avec un juste mélange d’angoisse et d’émerveillement face à la vie, son dernier opus, La Traversée nue, raffine les éléments d’une œuvre au long cours. Rencontre avec un misanthrope récalcitrant. L’homme s’accorde à son interlocuteur - en quête d’harmonie, on sent de suite qu’il est important de trouver le ton, se mettre sur la même fréquence : tenter l’accord parfait et souffrir des discordances inhérentes à toutes relations humaines. Il l’admet volontiers, - ça l’effraie et le traverse, le rend nu d’effroi et parfois de chagrin. La Traversée nue, est à l’aulne de cette exigence : construire, pièce par pièce, l’assemblage du projet initial, ce Voyage en barque, à la fois « passage du Styx » et réminiscence de la libération d’une année passée en sanatorium pour une tuberculose...
mai 2009
Le Matricule des Anges n°103

Ouvrages chroniqués

Bill Evans live
de Bruno Krebs
2006
Il chante le désenchantement « . En 1980, Bill Evans donne ses derniers concerts au Keystone Korner, San Francisco. Vingt-cinq ans plus tard, partant de ces dernières apparitions publiques, Bruno Krebs évoque la figure toujours vivante, » live « , du pianiste de jazz. Cent quarante-cinq petits textes, un ensemble de notes, un archipel tentant de rejoindre l’île à jamais solitaire de Bill Evans. Bill Evans Live, » Portrait », mentionne la couverture. Un portrait, peut-être. Un dialogue, sûrement. Celui de cette musique et de l’écriture de Krebs. « Sa modernité : du motif, il tire, étire...
Pierre Hild
mars 2006
Le Matricule des Anges n°71
Chute libre
de Bruno Krebs
2005
Sur fond de rêves et d’abîme, de frontières qui se déplacent, le voyage au bout de la nuit de Bruno Krebs. Ouvrir un livre de Bruno Krebs, c’est embarquer à la rencontre de l’insaisissable, et accepter de vivre les mouvements ténébreux d’aventures tout intérieures. C’est être admis dans les quartiers interdits d’une mémoire, c’est partager ou retrouver des émotions ou des pulsions archaïques, c’est voir le jour dans la nuit. Car Bruno Krebs a fait du rêve son matériau de prédilection. Avouant écrire « un peu comme un dormeur respire », le veilleur en lui négocie avec le rêveur le butin de chaque nuit afin d’en tirer la matière d’un texte ne dépassant généralement pas une ou deux pages. Ces...
Richard Blin
juin 2005
Le Matricule des Anges n°64
Raison perdue
de Bruno Krebs
Cent trente-huit textes brefs pour un premier voyage en barque dans les méandres d’une rivière sans courant : ennui garanti. On a sans doute trop tendance à considérer un livre comme un produit fini, comme un objet hermétiquement clos, se suffisant à lui-même, ainsi qu’à perdre totalement de vue le projet au sein duquel il s’origine et qui sert parfois de fil directeur à toute une œuvre. Il est vrai que les médias semblent plus enclins à faire croire en l’existence d’une saison du livre (la fameuse rentrée littéraire durant laquelle les textes paraissent éclore comme les champignons dans un sous-bois) qu’à inciter le lecteur à découvrir ce qui se cache en amont du livre. Avec les 138 récits de Raison perdue...
Didier Garcia
mars 1997
Le Matricule des Anges n°19