La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Camille de Toledo

A propos

Celui qui reste Camille de Toledo cherche dans la littérature à s’affranchir de tous les déterminismes et à penser radicalement le XXIe siècle. Coupé volontairement de sa famille, la mort et l’écriture l’enjoignent aujourd’hui de renouer avec ses origines. À rebours peut-être du premier élan. C’est comme un hameau au cœur de Paris. Près du métro Parmentier à la sortie duquel débordent les terrasses ensoleillées des restaurants, un passage pavé isole ceux qui habitent là des bruits de la capitale. On entre par une grille, on longe des maisons et des ateliers d’artistes sous le rire d’enfants qui jouent là, comme en une longue cour de récréation. Un olivier, un peu maigrelet dans son pot, fait office de repère. On sonne, mais notre hôte nous surprend en venant depuis l’autre côté du passage où il a laissé son scooter. Lunettes à monture épaisse, sourire franc, Camille de Toledo...
avril 2011
Le Matricule des Anges n°122

La vie des autres

Entamée par un essai vif et brillant, l’œuvre de Camille de Toledo déploie une hétérogénéité complexe où fiction et pensée inventent le siècle naissant. Avec son nouveau roman, la route s’infléchit et aborde des paysages plus ouvertement autobiographiques. Mener un entretien avec Camille de Toledo s’apparente presque à de la spéléologie : l’écrivain prend très au sérieux les questions qu’on lui pose et profite de l’espace qu’elles ouvrent pour entraîner son interlocuteur très loin dans les différentes strates de l’écriture, de la pensée, de la vie, qu’elle soit intime ou universelle. Le langage est d’évidence pour lui une affaire sérieuse....
avril 2011
Le Matricule des Anges n°122

Bibliographie

Vies potentielles, roman, Seuil, « La Librairie du XXIe siècle », 2011 • Le Hêtre et le bouleau, essai sur la tristesse européenne, essai, Seuil, « La Librairie du XXIe siècle », 2009 • Visiter le Flurkistan ou les illusions de la littérature monde, essai, PUF, « Travaux pratiques », 2008 • Vies et mort d’un terroriste américain, roman, Verticales, 2007 • L’Inversion de Hieronimus...
avril 2011
Le Matricule des Anges n°122

Ouvrages chroniqués

Thésée, sa vie nouvelle
de Camille de Toledo
2020
Avec Thésée, sa vie nouvelle, Camille de Toledo remonte le cours douloureux de l’histoire familiale. Un cantique à la mémoire des siens. Rarement un bandeau de couverture concourt au sens du livre qu’il promeut. Le lecteur le jette, au mieux s’en sert de marque-pages. Celui de Thésée, sa vie nouvelle fait exception : la photo d’un enfant en apprenti boxeur, ses paupières encore gonflées du dernier combat, fait écho à celle, page 164, où on le voit en gilet de sauvetage, et qui sourit. Il peut avoir 8 ou 9 ans. C’est Jérôme, « le frère qui se pend » de Camille de Toledo qui se désigne lui-même comme « le frère qui reste », alias Thésée. Car il s’agit bien dans ce livre d’un labyrinthe, de la crainte d’y pénétrer, de...
Jérôme Delclos
septembre 2020
Le Matricule des Anges n°216
Vies et mort d’un terroriste américain
de Camille de Toledo
2007
L’action pourrait se dérouler à Trifouilly-les-oies ou en quelque campagne hexagonale. Mais la France a perdu autant son french flair en rugby que la puissance et l’ambition de sa littérature. Trop déprimée et/ou trop nombriliste selon Camille de Toledo. Pour sûr, il ne peut rester que les États-Unis : alors son héros, Eugène Green, naîtra à Little America, une petite ville d’où il regardera passer les tornades, s’inventant des haines farouches, devenant lui-même bombe à retardement. Puis tel un hobo des origines, il partira sur les routes, s’identifiant à la poussière, à l’envers...
Dominique Aussenac
novembre 2007
Le Matricule des Anges n°88