La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Carole Darricarrère

Ouvrages chroniqués

Beejing blues
de Carole Darricarrère
2018
la poésie de Carole Darricarrère, en passant par la Chine, a gagné en plasticité. Visuelle, elle se déploie à base de contrastes et de décalages. Fruit de sept années d’arpentage intuitif de la ville de Pékin dans les années qui ont précédé les Jeux olympiques de 2008, Beijing Blues est la résultante d’une démarche consistant à développer « des parallèles sensitives d’écriture », les mots et la photographie – qui prolonge l’alphabet « au-delà de la vingt-sixième lettre » – forment un couple. D’où un livre où texte poétique et suite d’images développent une relation faite de contiguïtés troublantes, d’accointance et de contraste, d’articulations mentales et d’identités secrètes déclinant, kaléidoscopiquement, les multiples facettes...
Richard Blin
juillet 2018
Le Matricule des Anges n°195
Demain l’apparence occultera l’apparition
de Carole Darricarrère
2009
Immédiateté brute, ardeur affleurante se conjuguent pour conférer, au dernier recueil de Carole Darricarrère, sa force de frappe radieuse. Portés par un constant mouvement de réinvestiture, et par une érotique de la sensation qui est au fondement même de leur écriture, les livres de Carole Darricarrère - depuis Le Sermon sous la langue (Seghers) jusqu’à L VE (Ragage) en passant par Le (Je) de Léna (Melville) - relèvent d’un affrontement éperdu entre apparence et apparition, corps et jouissance, leurre et présence. Tous vibrent de cette tension tragique, sont imprégnés du feu sans pourquoi de ce - sublime ? - objet du désir qu’est le Poème. « Le Poème ne sera jamais un texte, ni un poème, ni même l’œuvre qui les contient...
Richard Blin
février 2010
Le Matricule des Anges n°110
L VE
de Carole Darricarrère
2007
Asymétrique, suggestif et très secrètement beau, le cinquième livre de Carole Darricarrère. Sous un titre - L VE - matérialisant l’œil de cyclone autour duquel il s’enroule, c’est bien d’amour qu’il s’agit, de ce rêve qui s’actualise : amour de l’amour, instants miraculeux d’assomption, vie secrète… « Nous allions dans les agapes, sidérés, de fascinations en éclipses, survivants du lieu odorant de l’amour ». C’est l’intensité de cette lumière noire que cherchent à réfléchir les poèmes. Des absolus brefs, un état d’intranquillité conjuguant la force de l’éprouvé à la féerie des contes. Des...
Richard Blin
octobre 2007
Le Matricule des Anges n°87
Le je) de Léna
de Carole Darricarrère
2004
Posséder, sentir, épouser l’intensité d’être, s’enfoncer dans la pulpe noire des soubassements de l’instinct, Carole Darricarrère, qui est née en 1959, à Abidjan, sait. Et assume. « Le poète n’a pas peur de ses émotions, ni de l’affection qui le lie au vivant. Le moi du poète est incontournablement lyrique et exalté, quand bien même il en aurait honte », peut-on lire dans Le (Je de Léna), son quatrième livre après La Tentation du bleu (Farrago, 1999), Tectonique des plaques (Comp’Act, 2001) et Le Sermon sous la langue (Seghers, 2003). Intrigué, nous nous sommes donc précipités sur ce...
Richard Blin
janvier 2005
Le Matricule des Anges n°59