La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poésie Pas de deux

octobre 2007 | Le Matricule des Anges n°87 | par Richard Blin

Asymétrique, suggestif et très secrètement beau, le cinquième livre de Carole Darricarrère. Sous un titre - L VE - matérialisant l’œil de cyclone autour duquel il s’enroule, c’est bien d’amour qu’il s’agit, de ce rêve qui s’actualise : amour de l’amour, instants miraculeux d’assomption, vie secrète… « Nous allions dans les agapes, sidérés, de fascinations en éclipses, survivants du lieu odorant de l’amour ». C’est l’intensité de cette lumière noire que cherchent à réfléchir les poèmes. Des absolus brefs, un état d’intranquillité conjuguant la force de l’éprouvé à la féerie des contes. Des archives de chair portées par l’onde du temps - « Tous les amours se perdent de vue non pas dans la brutalité des faits mais dans leur antériorité ». Des configurations mobiles, une façon d’être à la fois homme, femme, fée, déesse ou esclave. Des vérités où implose la légende de l’amour. « En creux et en avant-première se distinguait le pré carré de l’extinction de tout sentiment, la terre basse et le sol dur, délivré de ses fruits et de ses fleurs ». Des phrases tendues comme un arc, des images comme surexposées, pour tenter de cerner ce qui dans l’amour est pure fascination, interruption du langage, perte d’identité, nuit. L’amour est un conte qui finit toujours par exiger des comptes. « Il est des comptes à partir desquels il n’y a plus de rebours possible ».
C’est autour de cet impossible, de ce trou noir que prend corps L VE. Autour de cette « voyelle mère » qu’il tourne, comme le texte tourne autour du poème. C’est cette beauté dissonante, cette cantate éclatée qui sont ici l’objet du désir d’écrire. Écriture latérale relevant d’un toucher quasi musical, « Glissante clameur glamour de mots troubadours dans le repli parfait de la chair ». Écriture dansée s’élevant avec des brûlements d’ailes dans un ciel de rêve, « volutes paroles » d’où s’échappent « en boucles volubiles et longues, d’incontrôlables châteaux de voyelles nubiles, d’obligeantes consonnes cavalières bottées d’intentions nobles déroulant velours tapis jacinthes saisons bouclées de parfums éphémères ».

L VE de Carole Darricarrère, Ragage éditeur, 90 pages, 16

Pas de deux Par Richard Blin
Le Matricule des Anges n°87 , octobre 2007.
LMDA papier n°87
6.50 €
LMDA PDF n°87
4.00 €