La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Claude Royet-Journoud

Ouvrages chroniqués

La Finitude des corps simples
de Claude Royet-Journoud
2016
Sous le signe de la disparition, La Finitude des corps simples de Claude Royet-Journoud persiste dans la voie sèche. En quatrième de couverture, on peut lire cette phrase : « C’est pourquoi à la question : à quoi sert le langage ? N’a qu’une réponse : A vivre. » Il s’agit d’une citation du linguiste Émile Benveniste dont les dernières années de sa vie furent marquées d’aphasie. Or c’est peut-être sous l’angle de ce terrible paradoxe qu’on peut tenter d’approcher La Finitude des corps simples. Le langage, loin d’être réduit à sa fonction utilitaire, serait une capacité proprement existentielle quand bien même il viendrait à défaillir. La poésie de Claude Royet-Journoud, depuis le début des années 70...
Christine Plantec
juin 2016
Le Matricule des Anges n°174
La Poésie entière est préposition
de Claude Royet-Journoud
2007
Articuler, rendre solidaire, faire fonctionner, conférer un sens : Claude Royet-Journoud pense la préposition pour penser la poésie. Écrire, c’est être capable de montrer l’anatomie. Il faut aller jusqu’au bout du littéral », lit-on parmi les observations et aphorismes qui forment La Poésie entière est préposition, sorte de petite poétique personnelle d’un écrivain qui n’a pas besoin de préciser qu’il « affectionne Aristote et Wittgenstein ». La première phrase citée exprime sans doute le mieux ce en quoi l’écriture est un acte grave : sa précision ( « La minutie me fascine » ) et sa capacité à éliminer « le muscle » doivent être telles qu’apparaisse la structure même, la charpente irréductible de sens. Pour cela, la...
Marta Krol
janvier 2008
Le Matricule des Anges n°89
Théorie des prépositions
de Claude Royet-Journoud
2007
Articuler, rendre solidaire, faire fonctionner, conférer un sens : Claude Royet-Journoud pense la préposition pour penser la poésie. Écrire, c’est être capable de montrer l’anatomie. Il faut aller jusqu’au bout du littéral », lit-on parmi les observations et aphorismes qui forment La Poésie entière est préposition, sorte de petite poétique personnelle d’un écrivain qui n’a pas besoin de préciser qu’il « affectionne Aristote et Wittgenstein ». La première phrase citée exprime sans doute le mieux ce en quoi l’écriture est un acte grave : sa précision ( « La minutie me fascine » ) et sa capacité à éliminer « le muscle » doivent être telles qu’apparaisse la structure même, la charpente irréductible de sens. Pour cela, la...
Marta Krol
janvier 2008
Le Matricule des Anges n°89
L' In-plano
de Claude Royet-Journoud
2002
Al Dante réunit en volume les 80 "numéros" de la revue L’In-plano publiée en 1986 par le poète Claude Royet-Journoud. vUne publication sauvage dédiée à la "modernité négative". Certains créateurs s’expriment principalement en élaborant des revues. C’est le cas de Noël Arnaud, de Jimmy Gladiator ou de Jacques Morin, c’est aussi celui du poète Claude Royet-Journoud, revuiste multi-récidiviste depuis 1963. Engagé dans l’exploration de la forme « revue », il a exploité nombre des possibilités offertes par ce média singulier. De tous formats, de toutes périodicités et de natures différentes, il y eut d’abord Siècle à mains puis Llanfairpwllgwyngyllgogerychwyrdrobwllllantysiliogogogoch (sic, ou à peu près), l’hebdomadaire A, L’In-plano puis Zuk, mensuelle publiée par...
Éric Dussert
septembre 2002
Le Matricule des Anges n°40