La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur David Foster Wallace

A propos

Panique sous un crâne Voyage hilarant et tragique dans l’Amérique désolée de la consommation, des addictions en tous genres et du vide existentiel : le chef-d’œuvre enfin traduit de David Foster Wallace, L’Infinie Comédie, invite à une plongée hallucinée dans le labyrinthe des dérèglements. Deux kilos de littérature assez ardue. » Près de mille cinq cents pages dans son édition française (dont cent cinquante de notes). Trois ans d’écriture – et presque autant de traduction. Quasi deux cents personnages allègrement mêlés dans une trame narrative tricéphale dressant un portrait de l’Amérique sous psychotropes : quelque vingt ans après sa publication aux États-Unis par un grand gaillard au pas traînant de 34 ans, L’Infinie Comédie (Infinite Jest) de David Foster Wallace arrive en France, précédé de son halo de livre-culte outre-Atlantique et fermement attendu par le cénacle...
septembre 2015
Le Matricule des Anges n°166

Ni saint ni prophète

1962  : Naît à Ithaca, État de New York. 1971 : Grandit comme un enfant angoissé et maladroit. Connaît à 9 ans son premier épisode dépressif. 1975 : Découvre le tennis, dont il est complètement accro jusqu’à 17 ans. À 14 ans, il est classé onzième meilleur joueur du Midwest et parmi les cent meilleurs du pays. Sa consommation excessive d’herbe vers 15-16 ans ruine ses espoirs....
septembre 2015
Le Matricule des Anges n°166

L’impossible empathie ?

Que se passe-t-il, au juste, dans L’Infinie Comédie ? Répondre à cette question, c’est reconstruire une intrigue disséminée au fil de mille cinq cents pages, noyée dans un océan de détails redondants, impertinents ou inutiles ; surplus de texte qui prolifèrent comme la végétation irradiée de la « Grande Concavité ». Parmi les formes prises par ces surplus, figurent en bonne place les renvois...
septembre 2015
Le Matricule des Anges n°166

Ouvrages chroniqués

Considérations sur le homard
de David Foster Wallace
2018
L’Olivier poursuit sa traduction des derniers inédits de David Foster Wallace : ce premier tome des Considérations sur le homard propose quatre textes – sur les neuf que compte la version américaine originale – qui sont en l’occurrence des articles de commande, publiés entre 1998 et 2003 pour Rolling Stone, Première, ou le plus improbable Gourmet Magazine… D’un reportage médusé sur les Adult Video News Awards (les Oscars du cinéma porno US) au récit horrifié et perplexe de son 11-Septembre, de la plongée en immersion totale dans la campagne 2000 de John McCain, candidat à la primaire...
Valérie Nigdélian
janvier 2019
Le Matricule des Anges n°199
L' Oubli
de David Foster Wallace
2016
Un recueil de nouvelles et une biographie pour plonger dans la vie chaotique et l’œuvre azimutée de l’écrivain américain disparu en 2008. Séance de rattrapage pour ceux que les 1 500 pages de L’Infinie Comédie avaient effrayés à l’automne dernier : l’homme au bandana revient sur le devant de la scène en cette rentrée tardive, avec la publication de L’Oubli, un recueil de nouvelles écrites autour des années 2000, ainsi que la traduction de la première biographie qui lui est consacrée. D. T. Max, collaborateur du New Yorker, y reconstitue minutieusement le parcours de cette figure culte des lettres américaines, suicidée à l’âge de 46 ans. Entre un premier roman (La Fonction du balai) écrit à seulement 23 ans et le manuscrit...
Valérie Nigdélian
novembre 2016
Le Matricule des Anges n°178