La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Edgar Hilsenrath

Ouvrages chroniqués

Le Retour au pays de Jossel Wassermann
de Edgar Hilsenrath
2016
En ce 31 août 1939, le volubile Jossel Wassermann, aux portes de la mort, retourne par la pensée et le récit dans son shtetl de Bucovine : Hilsenrath ressuscite avec émotion ce monde disparu. C’est avec une remarquable fidélité que les éditions Le Tripode poursuivent la publication des œuvres d’Edgar Hilsenrath. C’est en effet le sixième volume que nous pouvons ainsi (re)découvrir – et cette édition, coïncidence émouvante, a lieu au moment où le romancier fête ses 90 ans. Né en 1926, en effet, à Leipzig, il dut, avec sa mère et son frère, fuir le régime nazi – et se réfugia en Bucovine, alors territoire roumain, à Siret où vivaient ses grands-parents. C’était là malheureusement une bien mauvaise idée : il leur fallut survivre durant trois ans dans le ghetto de Mogilev-Podolsk....
Thierry Cecille
juin 2016
Le Matricule des Anges n°174
Fuck America
de Edgar Hilsenrath
2009
L’Holocauste, la misère sexuelle, la précarité, l’identité et l’Amérique, vues par le subversif Edgar Hilsenrath, qui a toujours préféré en rire qu’en pleurer. En 1953, date à laquelle s’ouvre son journal, Jakob Bronsky entame sa deuxième année new-yorkaise. Roi de la resquille, il enchaîne les boulots miteux afin de poursuivre deux buts étroitement liés : inscrire le mot « fin » au bas du manuscrit de son premier roman (Le Branleur), et réussir à sodomiser une authentique secrétaire de direction américaine. Tour à tour serveur-braqueur, promeneur de caniches pour trois dollars par tête canine et gardien d’immeuble sur Park Avenue, Bronsky passe le plus clair de son temps libre à parler avec ses organes génitaux et, dans les moments difficiles,...
Camille Decisier
mai 2009
Le Matricule des Anges n°103