La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Edward Estlin Cummings

Ouvrages chroniqués

L' Énorme chambrée
de Edward Estlin Cummings
2006
En marge de la Grande Guerre s’en joue une autre, celle, permanente, que livre le système contre l’individu. Le poète américain s’en fait le greffier fantaisiste. Peu de livres constituent un témoignage aussi décalé sur la Grande Guerre. Rappelons les faits : nous sommes en 1917 et Cummings joue les ambulanciers sur le front. On ne lui a rien demandé et pourtant il s’est porté volontaire par amour des Français belle âme que voilà. Il a quitté son paisible Massachusetts pour la boue des tranchées belle promotion. Pour d’obscures raisons cependant, il se retrouve à l’ombre. Engagé volontaire comme lui, son compatriote et ami Slater Brown aurait écrit des lettres qui semble-t-il heurtent la sensibilité de la censure française. Par esprit de...
Anthony Dufraisse
juillet 2006
Le Matricule des Anges n°75
Poèmes choisis traduits pas Robert Davreu
de Edward Estlin Cummings
2004
Né en 1894 dans le Massachusetts, ami de Pound, E.E. Cummings fait partie, avec William Carlos Williams et Wallace Stevens des grands réformateurs de la poésie américaine. Sa place est unique en ce qu’il repense profondément l’héritage prosodique du symbolisme, bouleversant, au travers d’une refonte de la ponctuation et d’une syntaxe toute en cascade syncopée, la diction même du poème. Le traducteur Robert Davreu propose l’édition sélective des poèmes que Cummings fit en 58, mais en y ajoutant quelques autres rejetés par l’auteur, soit un choix sur toute l’œuvre, de 1923 à 1958. Paraît...
Emmanuel Laugier
juin 2004
Le Matricule des Anges n°54
Contes de fées - 16 poèmes enfantins
de Edward Estlin Cummings
2003
Les éditions Clémence Hiver publient, après Je : six inconférences (2001), également traduit et présenté par Jacques Demarcq, l’un des plus fins connaisseurs de l’œuvre du poète américain E. E. Cummings, un livre quasi-objet superbe accompagné de 12 dessins de Macha Poynder. Les quatre Contes de fées et les 16 Poèmes enfantins, deux ensembles de textes à l’origine séparés, forment une ballade sûre et un livre de haute enfance. Il est question ici de toucher ce qui se trame dans la pure sensibilité des enfances, au-delà de la grille du cerveau adulte. Si les poèmes traversent les thèmes de...
Emmanuel Laugier
mai 2003
Le Matricule des Anges n°44
Je (six inconférences)
de Edward Estlin Cummings
2001
E. E. Cummings, père avec H. Crane et W. C. Williams de l’ultra-modernité américaine, fit sérieusement son autoportrait en 6 inconférences. Complexe et audacieux. Il semble qu’il y ait quelque chose d’assez typique chez les poètes américains des années 20-50 lorsqu’ils sont appelés à parler de poésie lors de conférences : ils tournent autour du sujet en avouant bien haut leur incapacité d’en faire le tour. Sauf à lire directement leur livre, les voilà à raconter des anecdotes, à brouiller les pistes par des récits autobiographiques, tout en les raccordant à quelques passages pour eux fondamentaux de la poésie. C’est le sentiment, déjà, que donnaient les entretiens récemment traduits de William Carlos Williams sous le titre de Je voulais faire un...
Emmanuel Laugier
septembre 2001
Le Matricule des Anges n°36