La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Emmanuelle Favier

Ouvrages chroniqués

Les Funérailles de Roberto Bolaño
de Emmanuelle Favier
2020
Dans un très intime et intense récit, Emmanuelle Favier interpelle le fantôme de Roberto Bolaño. Depuis sa mort d’un cancer du foie, le 15 juillet 2003, des torrents d’encre ont coulé, une ferveur étrange s’est déclarée, un véritable culte lui est voué. Pareillement à ceux d’Arthur Rimbaud, voire de Jim Morrison, les lecteurs inconditionnels de Roberto Bolaño se sont mués en idolâtres. Le surprenant natif de Santiago du Chili en 1953, « romancier chilien, poète mexicain, apatride espagnol » portait-il, lui aussi, des semelles de vent ? Bien que le sable lui convienne beaucoup mieux, omniprésent dans toute son œuvre et sous lequel ses héros s’enfouissent tel ce loueur de pédalo...
Dominique Aussenac
janvier 2021
Le Matricule des Anges n°219
L' Oeil d’artémisia
de Emmanuelle Favier
2020
Peintes, mais plus rarement peintres, comment au cours des siècles les femmes ont-elles pu être ainsi évincées du monde des arts ? Artemisia Lomi Gentileschi (1593-1652) en est l’exemple ou le contre-exemple parfait. Tant son parcours fut emblématique des terribles difficultés d’émancipation dans un monde régi par les hommes. Si elle connut la gloire en tant que peintre de cour des Médicis et d’Angleterre, une certaine liberté aussi, elle vécut longtemps dans l’ombre de son père Orazio, peintre lui aussi, dont elle retouchait, peaufinait les tableaux. C’est justement à partir de...
Dominique Aussenac
juillet 2020
Le Matricule des Anges n°215