La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Eric Chevillard

A propos

Une taupe au plafond Adepte de la digression ou de la dissimulation, Éric Chevillard enfreint les règles élémentaires de la narration en défiant les lois du genre de manière audacieuse et effrontée. L’écrivain creuse des galeries souterraines, avec pour armes un sabre à la lame brisée, un hérisson roulé en boule et un sérieux sens de la parade riposte. En vous rendant sur le site consacré à Éric Chevillard, vous serez peut-être surpris de n’y trouver aucun repère biographique. Votre curiosité en sera aiguisée, vous aurez envie d’en savoir plus, car vous estimez qu’on appréhende mieux un écrivain quand on connaît sa vie. Vous vous lancerez dans de multiples recherches, en vain. À la fin de la journée, vous n’aurez recueilli qu’un extrait de thèse d’une étudiante de Brno et cette notice extraite du Dictionnaire des écrivains contemporains de langue française par eux-mêmes : « Éric Chevillard, né un 18 juin à La Roche-sur-Yon, anciennement...
mars 2005
Le Matricule des Anges n°61

Les tribulations d’Éric le rouge

Cet écrivain n’est pas ce que l’on peut appeler un aventurier. Il serait plutôt du genre cul de plomb, rivé à sa table de travail. Il y a d’ailleurs fort à parier que le plus grand bouleversement de sa vie fut le moment où il recueillit un hérisson. Bien sûr, en taillant ses rosiers, il lui arrive de projeter un voyage à Prague ou au Portugal, mais rien de plus, il manque trop de corne sous...
mars 2005
Le Matricule des Anges n°61

Bibliographie

Aux Éditions de Minuit * Mourir m’enrhume, 1987 * Le Démarcheur, 1988 * Palafox, 1990 (Minuit « double », 2003) * Le Caoutchouc, décidément, 1992 * La Nébuleuse du crabe, 1993 * Préhistoire, 1994 * Un fantôme, 1995 * Au plafond, 1997 * L’Œuvre posthume de Thomas Pilaster, 1999 * Les Abscences du capitaine Cook, 2001 * Du hérisson, 2002 * Le Vaillant Petit Tailleur, 2003 * Oreille...
mars 2005
Le Matricule des Anges n°61

Ouvrages chroniqués

Liste alphabétique des titres


L' Explosion de la tortue
de Eric Chevillard
2019
Lmda N°199 De la conjonction d’une tortue en aquarium et des œuvres complètes d’un écrivain oublié naît l’étincelle prodigue du dernier opus d’Éric chevillard. On connaît l’intérêt d’Éric Chevillard pour le monde animal : c’est l’apparition inopinée d’un hérisson « naïf et globuleux » sur le bureau de l’auteur qui déclenche l’écriture de Du hérisson, tandis que dans Sans l’orang-outan il s’agit d’étudier les conséquences insoupçonnées de la disparition du primate (de même que dans Dino Egger, la non-existence du personnage principal modifiait...
Soupe à la tortue
janvier 2019
L' Autofictif à l’assaut des cartels : Journal 2015-2016
de Eric Chevillard
2017
Lmda N°181 Mars 2077, politique-fiction. Les pages du Pléiade de Jean d’Ormesson ont été recyclées et composent désormais l’intégrale de L’Autofictif d’Éric Chevillard. Il faudrait un papier aussi précieux que du papier bible pour abriter cette arche de Noé, aussi léger, aussi. Car L’Autofictif est un drôle d’animal, une éphéméride. Jour après jour l’auteur y refait le monde à sa façon, le repeuplant de...
L’Autofictif à l’assaut des cartels d’Eric Chevillard
mars 2017
Choir
de Eric Chevillard
2010
Lmda N°112 S’il existe une humanité plus vile et corrompue que la nôtre, c’est dans le dernier roman d’Éric Chevillard qu’il faut aller la débusquer. Gare aux effets de miroir : l’enfer, c’est bien nous. À vous les rassasiés, sur-câlinés, dorlotés par la vie jusqu’à l’épuisement. Si la facilité vous énerve, que le confort vous blase, que même votre chien vous agace à force de dévouement, alors on ne...
Choir et déchoir
avril 2010
L' Autofictif : Journal 2007-2008
de Eric Chevillard
2009
Lmda N°101 En retranscrivant sur papier deux années de son blog, l’écrivain redéfinit l’autofiction. Un univers qui a pour principe la liberté totale d’en être le héros. À l’heure où, avouons-le, la prolifération des blogs a plutôt tendance à nous énerver, voici que L’Arbre vengeur nous met entre les mains un pur objet littéraire (couverture, reliure, pages et achevé d’imprimer compris) directement issu de cette nouvelle génération de journaux intimes. La méfiance se profile. Puis recule. L’Autofictif est un livre réussi. On salue la démarche de l’auteur...
Chevillard en bref
mars 2009
Démolir Nisard
de Eric Chevillard
2006
Lmda N°77 Joyeux exercice d’exécration, le nouveau roman de l’auteur du Vaillant petit tailleur s’en prend à un innocent fléau. Innoncent ? voire…. Pour peu qu’on l’ait lu, on a compris à quel point Éric Chevillard aime se détendre et à quel point il nous amuse en le faisant. Ses romans composent depuis Mourir m’enrhume (Minuit, 1987) une vaste mer d’amusements, rebondissants et savants souvent, diablement écrits toujours et d’une rhétorique stylée. On pourrait ajouter qu’il n’est pas aujourd’hui d’écrivain français plus malin qu’Éric...
Soutenir Chevillard
octobre 2006
D’attaque
de Eric Chevillard
2005
Lmda N°68 En août 1964, Éric Chevillard naissait à l’hôpital de La Roche-sur-Yon. Trois mois plus tard, en ce même lieu, Gaston Chaissac décédait. « Je trouve exemplaires les attitudes de Chaissac, Beckett ou Michaux, je m’y réfère comme d’autres aux vies de saints. (…) Chaissac a inventé une façon bien à lui de se plaindre de ce qui l’accablait ou l’agressait. Une fausse naïveté, un petit monde joyeux...
Vendée challenge
novembre 2005