La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Esther Tellermann

Ouvrages chroniqués

Un versant l’autre
de Esther Tellermann
2019
Réfractaire aux morales médiocres, la poésie d’Esther Tellermann défait les idéalisations, déplace les croyances, chante, bouche à bouche, plaie à plaie, ce qui lie la parole au monde. Il faudrait pouvoir dire la beauté fractale de la poésie d’Esther Tellermann, son altérité, sa pulsation singulière. Dire ce qu’elle a d’intransigeant dans son tissage d’indices et d’énigmes. Une poésie où quelque chose d’inconnu respire, qui aurait à voir avec ce qui se cache sous le visible. Privilégiant l’os du langage plutôt que sa chair et ses parures, vouée au vers minimal, hiératique, cette poésie s’organise en longues suites qui modulent des configurations mentales chevillées à des sites ou des lieux qui apparaissent dans leur réalité littérale et matérielle. Au sein de paysages...
Richard Blin
septembre 2019
Le Matricule des Anges n°206
Première version du monde
de Esther Tellermann
2018
L’humanité a perdu le goût de la fable. Tragique désillusion dont Esther Tellermann nous distille un récit extrême. Étrange, hors du commun, cette Première version du monde signée Esther Tellermann, poète et psychanalyste dont l’œuvre compte désormais une quinzaine de titres depuis Première apparition avec épaisseur (Flammarion, 1986) jusqu’à Éternité à coudre (Unes, 2016). Se situant dans la lignée d’un précédent récit en prose, Une odeur humaine (Farrago/Léo Scheer, 2004), il multiplie les instances énonciatives, se développe sans trame narrative, entremêle situations et commentaires, ce qui l’inscrit dans la tradition des récits poétiques à la Beckett ou à la Blanchot. Un livre où l’infini de la...
Richard Blin
novembre 2018
Le Matricule des Anges n°198
Eternité à coudre
de Esther Tellermann
2016
Sous les noms, dans l’étreinte ou le revers de la voix, c’est le secret de l’autre et ce jusqu’à l’intenable que ne cesse de poursuivre la poète. Avec Éternité à coudre, quelque chose s’inachève, dont l’âpreté incisive est à l’image des transes et des blessures, des chants et des sutures qui formaient la trame de Le Troisième (Unes, 2013) et de Sous votre nom (Flammarion, 2015). Entre messe en ruine et tentative de conjuration cérémonielle, ce nouvel opus s’enroule autour de ce qu’il y a d’impossible à dire dans l’expérience d’être. Qu’est-ce une étreinte, un chant coupable ? Que se passe-t-il quand un corps aime, désire, souffre ? Quand le poème veut se faire le témoin de ce qui advient d’une identité quand elle se noue à une...
Richard Blin
février 2017
Le Matricule des Anges n°180
Sous votre nom
de Esther Tellermann
2015
Poursuivant la quête de ce qui, dans la parole, défaille à dire, la poésie d’Esther Tellermann recèle des beautés de sonate étouffée. Brûlante de présences calcinées, inquiète, offerte, lacérée de silences la poésie d’Esther Tellermann. Trouée par l’énigme, tramée de tourments, hantée par ce qui fut autant que par ce qui aurait pu être, elle creuse, déplace, convoque, s’écrit à même le sol sombre de la perte ou le sable de la mémoire. Un dire qui s’épelle sur fond de dissonance, d’éclats, d’appels, de jouissance équivoque. Une parole incarnée qui sait les légendes, l’attente, les étreintes à la lisière, le radical de l’amour absolu. Qui côtoie la « face double du noir », celle du vide et de tout ce qui boute hors du...
Richard Blin
janvier 2016
Le Matricule des Anges n°169
Terre exacte
de Esther Tellermann
2007
Esther Tellermann livre une liturgie de l’extrême pour dire toute la difficulté de l’être-avec. Des poèmes évidés, brûlés de sacrificiel et d’impossibles étreintes. Au fil d’une quête mêlant le désert des cieux aux échos de la violence du présent et à l’ensoleillement noir du désir, c’est la rose sanglante d’une sagesse mutilée que fait fleurir Esther Tellermann sur sa Terre exacte. Terre des morts et des vivants dont elle cherche à circonscrire le lieu calciné. En quatre parties, c’est ce qui se dérobe toujours des premières traces aux premières plaies, des premiers signes de l’emprise à ceux qui inaugurent l’infini des élans qu’elle traque. C’est dire combien cette poésie imprime la brûlure au cœur de la langue, tresse la détresse à l’expérience de...
Richard Blin
juin 2007
Le Matricule des Anges n°84