La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Eugène Durif

Ouvrages chroniqués

Hier, c’est mon anniversaire
de Eugène Durif
2005
Comme hier c’est son anniversaire, Jimmy décide lors d’un voyage organisé de faire un pas de côté pour trouver son propre chemin. Poursuivi par un chœur d’experts-épouvantails, successivement thérapeutes, marionnettes ou publicitaires d’office de tourisme, Jimmy va faire de drôles de rencontres, la fille au capuchon, la fille bleue, son petit frère en non-amour, pour se retrouver dans une fête en l’honneur de ceux qui ne sont plus. Jimmy va pouvoir dire ses fêlures : « je ne sais plus quand je suis serré contre quelqu’un, plus trop où je suis moi, où je commence à me perdre. »...
Laurence Cazaux
juillet 2005
Le Matricule des Anges n°65
Ni une ni deux (suivi de) Les Irruptés du réel
de Eugène Durif
2002
Ces deux textes d’Eugène Durif sont d’une belle humanité. Ils mettent en jeu des personnages proches du clown. De ceux qui ratent et n’arrivent pas à comprendre le monde, les autres et eux-mêmes. Ni une ni deux met en jeu La Groulle, l’Effarée et le Tiers. Les deux premières feront corps contre le troisième. Dans de courtes séquences, les trois sont confrontés à des questions qui ne font que « creuser le vide ». Comme par exemple : Qu’est-ce qui fait quoi ? Pourquoi donc vous ne pouvez ? Ou bien encore : C’est vous qui ? Tout au long du texte « ça jaspine équivoque, ça bredouille...
Laurence Cazaux
mars 2003
Le Matricule des Anges n°43
Pochade millénariste
de Eugène Durif
Eugène Durif est en colère et l’écrit dans un texte assez virulent. La nuit du changement de millénaire, deux marquis de la culture se rendent à un « raout culturaire ». Mais ce soir-là, les « gueux », ceux à qui on a « effacé la bouche », sortent des lieux souterrains où ils se cachent. Cette nuit devient carnavalesque avec éructations, chants de fin du monde, rires et mises à mort. Durif s’en prend à la langue « propre », « une langue qui ne charrie plus rien/ N’empêche plus personne de dormir/ Un art qui ne parle plus qu’à lui-même » et à la poésie qui s’autoproclame comme telle...
Laurence Cazaux
juillet 2000
Le Matricule des Anges n°31
Via Negativa
de Eugène Durif
Eugène Durif a beau avoir une expérience de journaliste, il préfère le doute à la certitude. Il a beau être d’une gentillesse extrême, il aime écorcer le théâtre tel qu’il ne va pas. Rencontre avec un sectateur du trouble. Nous avons rencontré Eugène Durif à Lapleau, un petit village de Corrèze, où il mettait un terme à deux années de travail mené avec le C.A.T.(Centre d’aide par le travail) de Tulle pour produire dans le cadre du festival de la Luzège un spectacle, Le Coup de pied de l’ange, nourri de toutes les histoires des participants. Une journée de travail avant de repartir à Saint-Pardoux-la-Croisille, un autre petit village, où il créait début août, un Cabaret mobile et portatif. Quelques semaines auparavant, il vivait cloîtré en Haute-Loire pour terminer l’écriture d’une pièce. L’été d’Eugène...
Laurence Cazaux
septembre 1996
Le Matricule des Anges n°17