La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Fabienne Courtade

A propos

Vu d'en bas Au bord de l’impossible, Fabienne Courtade s’éloigne du monde pour mieux le saisir. Sa poésie s’efforce de redonner forme à ce qui n’est plus. Face à l’aveuglement et au vide. Installée à Paris depuis une quinzaine d’années, Fabienne Courtade éprouve une singulière fascination pour les gares, ces lieux où tout devient possible. Une façon de partir et d’être insaisissable que l’on retrouve dans son écriture : « il y a toujours une idée d’éloignement chez moi ». Le silence prend toute sa place entre l’avant et l’après, il est le fond du monde qui se confond avec le chaos. Fabienne Courtade souhaite d’ailleurs garder le silence sur « sa » vie, l’important pour elle étant les livres et non pas l’auteur qui les écrit. On apprendra juste que les étagères, dans son...
novembre 2002
Le Matricule des Anges n°41

Ouvrages chroniqués

Papiers retrouvés
de Fabienne Courtade
2016
Souffle de vie retrouvé, Papiers retrouvés de Fabienne Courtade libère une parole épurée, vibrant d’une respiration profonde. Sans qu’il en soit dit davantage, c’est par une simple allusion à Homme au jouet d’enfant, l’un des livres de Mathieu Bénézet, qu’il est fait ici référence à ce poète, décédé en 2013. La visée, s’il en est une, de Papiers retrouvés tient toutefois de la remémoration et celle-ci ne se donne pas moins comme le chant, fût-il élégiaque, de ce qui a été et voudrait, pour reprendre la belle formule d’Yves Bonnefoy, « accéder à un second degré du désir ». D’emblée, il est question d’un fleuve qui dessine l’arrière-plan de ce paysage où s’ébauchent les prémices d’un deuil, ou du moins d’un...
Emmanuelle Rodrigues
septembre 2016
Le Matricule des Anges n°176
Lenteur d’horizon
de Fabienne Courtade
1999
Avec la publication coup sur coup de deux nouveaux recueils de poèmes, Lenteur d’horizon et Nuit comme jours, Fabienne Courtade nous entraîne une nouvelle fois dans un univers intime parsemé d’obscur. On ne peut s’empêcher de prendre ces deux ouvrages comme une suite l’un de l’autre. On retrouve le monde de Fabienne Courtade, fait de « tremblement » et de « perte infinie », avec toujours la présence de la neige, mais aussi de l’eau sous diverses formes (mer, fleuves, fontaines, pluie, etc.). Les deux livres parlent de l’absence d’un homme. Le poète brouille les pistes et on hésite entre...
Stéphane Branger
janvier 2000
Le Matricule des Anges n°29
Ciel inversé 1
de Fabienne Courtade
A vouloir trop rapprocher les choses, on finit par se perdre dans l’éloignement de ne pouvoir les nommer, et Fabienne Courtade dans Ciel inversé, 1 trace ainsi le constat : « perte absolue de la parole/ mais tenue à elle/ par fulgurations ». Si la difficulté de représenter le réel se pose à l’auteur, celle-ci s’exprime dans une dualité entre le ciel et l’humain : « ciel/ d’après l’épaisseur/ lieu/ d’avant la mémoire/ avant -ce qui tremble/ ce qui subsiste au-delà ». Le questionnement sur l’avant et l’après de l’existence est clairement posé, Fabienne Courtade ne prétend pas vouloir y...
Stéphane Branger
mai 1999
Le Matricule des Anges n°26