La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Gérard Titus-Carmel

A propos

Visages de Titus-Carmel Avec la parution de « Manière de sombre », Gérard Titus-Carmel poursuit une œuvre poétique qui compose un paysage émouvant aux côtés de sa peinture. Rencontre avec un auteur double. Celui qui ne veut voir dans Gérard Titus-Carmel qu’un peintre n’apercevra au sol de son atelier que des dessins en cours, des pinceaux et des tubes à profusion, et, aux murs, quelques toiles, achevées ou pas, autant works in progress dont la présentation dans ce lieu tient toujours d’un ordre certain, voire d’une certaine austérité. Mais un regard curieux remarquera sur les tables, à l’intérieur de cette chapelle transformée en atelier, à côté d’une maison qui ressemble étrangement à un château, des manuscrits, des dossiers comportant des ouvrages à réaliser (tirages limités, beaux...
novembre 2004
Le Matricule des Anges n°58

Ouvrages chroniqués

Ajours
de Gérard Titus-Carmel
2021
Pluriel en sa singularité
Richard Blin
octobre 2021
Le Matricule des Anges n°227
Article non disponible
Des voix dans l’obscur
de Françoise Ascal , Gérard Titus-Carmel
2015
Des voix dans l’obscur fait suite à Lignées, recueil de proses illustrées par le peintre Gérard Titus-Carmel, et couronné par le prix Louis Guillaume en 2014. Dans ce deuxième livre, Françoise Ascal poursuit la collaboration avec le peintre, et interroge à nouveau ce qu’elle nomme nos « tourbières intimes ». Ces « voix dans l’obscur » émanent du passé, et telles celles des morts, remontent à la mémoire. Ces voix intérieures auxquelles les paysages décrits font écho, les dessins de Gérard Titus-Carmel y répondent avec éclat. Le trait est dynamique, soutenu par une tension similaire à celle...
Emmanuelle Rodrigues
janvier 2016
Le Matricule des Anges n°169
Pierres d’attente pour Reverdy
de Gérard Titus-Carmel
2008
Pierre Reverdy, l’angoissé de la terre se dérobant sous les pieds, l’impatient de Dieu trahi en permanence par le réel. Le novateur qui s’ignore, rejoignant sans le chercher la noble lignée de Baudelaire, alors qu’il était, dans une démarche autrement plus intime et plus pressante, en quête inlassable d’une vérité humaine totale et profonde. Gérard Titus-Carmel, dédiant à son œuvre cette méditation littéraire, n’abandonne pas lui-même sa condition de poète. Le support en est une prose poétique de belle facture, au vocabulaire choisi et à la syntaxe raffinée, lourde d’effets de style que...
Marta Krol
novembre 2008
Le Matricule des Anges n°98
Gustave Roud, une solitude dans les saisons
de Gérard Titus-Carmel
2006
Homme de désir plus que d’étreinte, poète des errances fauves et de la quête de l’improbable, Gustave Roud (1897-1976) incarne l’inscription de la poésie dans l’existence. Une œuvre que Gérard Titus-Carmel résume, magnifiquement, ainsi : « L’attente toujours ; la lumière inondante ; le Paradis entrevu ; la solitude profonde, inentamable, sous l’immense couleur bleue du ciel sans fond, dans l’or fauve des blés ». C’est que Gustave Roud, qui n’aura guère quitté sa ferme de Carrouge, en Suisse, souffrira toute sa vie d’un drame intime (« J’ai souffert sans orgueil de ma différence, ivre...
Richard Blin
avril 2006
Le Matricule des Anges n°72