La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poésie Des voix dans l’obscur

janvier 2016 | Le Matricule des Anges n°169 | par Emmanuelle Rodrigues

Des voix dans l’obscur fait suite à Lignées, recueil de proses illustrées par le peintre Gérard Titus-Carmel, et couronné par le prix Louis Guillaume en 2014. Dans ce deuxième livre, Françoise Ascal poursuit la collaboration avec le peintre, et interroge à nouveau ce qu’elle nomme nos « tourbières intimes ». Ces « voix dans l’obscur » émanent du passé, et telles celles des morts, remontent à la mémoire. Ces voix intérieures auxquelles les paysages décrits font écho, les dessins de Gérard Titus-Carmel y répondent avec éclat. Le trait est dynamique, soutenu par une tension similaire à celle des poèmes, tension que relayent les tons contrastés. Ces belles sérigraphies réalisées à partir de bois gravés reflètent bien la teneur violente et inquiète des poèmes. D’emblée, ceux-ci s’annoncent « vertige », « perte de soi », et cependant, « cette soif de signes que rien ne comble » s’y affirme fortement. Ondoiement ou trait fulgurant, c’est là toute une poétique du mouvant dont les ambivalences de l’écriture rendent compte. Ainsi, à la latence des « eaux dormantes », à l’ambiguïté qui les rend opaques tout autant que réfléchissantes, coupe court un désir de fulgurance, impératif qui impose un tout autre rythme : « perdre du temps n’est pas à ton programme / plutôt hâter la chute / voir sans délai / ouvrir les yeux sur le grand Rien que tu confonds / avec le vide ». Les mots valent-ils alors plus que le silence ? S’en remettre à eux, est-ce consentir à quelque noirceur, ou « se contenter de la surface luisante des choses » ? La formule « j’écris » résonne moins comme une réponse que comme un aveu : « c’est mon lot je pose des mots-sutures sur ce qui souffre ». Il n’y aura donc pas de « belles histoires à raconter » mais tout au plus l’amorce par le chant d’une issue.
E. Rodrigues


DES VOIX DANS L’OBSCUR
DE FRANÇOISE ASCAL
Dessins de Gérard Titus-Carmel
Æncrages & Co, 44 pages, 21
e

Le Matricule des Anges n°169 , janvier 2016.
LMDA papier n°169 - 6.50
LMDA PDF n°169 - 4.00