La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Gisèle Fournier

Ouvrages chroniqués

Perturbations
de Gisèle Fournier
2004
D’attente et de désillusion, de pauvres espoirs et de désarrois tenaces, de visages entrevus et enfuis sont tissées certaines vies. Gisèle Fournier en fait un récit à la française : sans la dimension plurielle (qui peut n’être que boursouflure) du roman, mais avec l’élégance d’une construction plus légère qui instille, peu à peu, la grâce magique d’une révélation. Comme dans Mentir vrai (voir Lmda N°44) que rappelle ici l’épigraphe de Pinget : « Jamais personne ne pourra dire que je n’ai pas dit la vérité », elle veut atteindre, à pas mesurés, le secret de vies minuscules, hésitantes,...
Thierry Cecille
septembre 2004
Le Matricule des Anges n°56
Mentir vrai
de Gisèle Fournier
C’est l’été, Paris pèse ; dans une moiteur étouffante une femme marche, et se parle, nous parle. Une amie vient de lui confirmer, faussement apitoyée, ce qu’elle aurait dû soupçonner : Simon, l’homme qu’elle aime, la trompait, naguère, avant même qu’il ne décide de s’éloigner d’elle. Elle quitte cette amie, s’en retourne vers son atelier -elle est peintre- et se remémore alors, en un monologue intérieur fluide, écrit mais vraisemblable, ce que fut cette histoire qui s’achève ainsi, dans le désastre. Une passion simple, l’éveil du désir, la joie de l’accueil de l’autre, le rêve d’un...
Thierry Cecille
mai 2003
Le Matricule des Anges n°44