La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Solaire solitude

mai 2003 | Le Matricule des Anges n°44 | par Thierry Cecille

C’est l’été, Paris pèse ; dans une moiteur étouffante une femme marche, et se parle, nous parle. Une amie vient de lui confirmer, faussement apitoyée, ce qu’elle aurait dû soupçonner : Simon, l’homme qu’elle aime, la trompait, naguère, avant même qu’il ne décide de s’éloigner d’elle. Elle quitte cette amie, s’en retourne vers son atelier -elle est peintre- et se remémore alors, en un monologue intérieur fluide, écrit mais vraisemblable, ce que fut cette histoire qui s’achève ainsi, dans le désastre. Une passion simple, l’éveil du désir, la joie de l’accueil de l’autre, le rêve d’un futur partagé, les « mots d’amour », comme chez Piaf. Mais, et c’est là la richesse de ce deuxième roman parfaitement maîtrisé de Gisèle Fournier (le premier, Non-dits, parut en 2000 chez Minuit), nous pressentons, dès les premières pages, que sous cette surface s’agitent des peurs confuses, des hontes, des pressentiments, des jugements ébauchés. Sous les mots anodins d’une conversation amicale ou amoureuse se dissimulent les tropismes du mépris ou du désespoir, la jalousie alourdit une syllabe, le soupçon esquisse un rictus -comme le souvenir insistant d’un traumatisme enfantin vient faire gicler sur la toile la violence des couleurs. La voix aigre de la fausse amie « rappelle le crissement de craie sur le tableau noir » de l’enfance -et quand l’homme qui la quitte referme la porte sur lui, c’est la douleur de l’abandon de la mère, le dimanche soir, qui s’impose de nouveau. La même précision aiguë commande la description des rues, des objets, des passants autour d’elle -auxquels elle semble se raccrocher, pour ne pas totalement perdre pied. Le soupçon peu à peu nous atteint : que consent-elle à dire ? qu’avoue-t-elle ? Là encore, que cachent les mots ? Sans doute cette voix ne livre-t-elle, dans l’acuité de ses notations, qu’une version de ce qui fut, de cette énigme opaque, persistante, qu’est une histoire d’amour… Le livre achevé, nous devrons donc le relire -sur nos gardes désormais.

Mentir vrai
Gisèle Fournier
Mercure de France
136 pages, 12

Solaire solitude Par Thierry Cecille
Le Matricule des Anges n°44 , mai 2003.
LMDA PDF n°44
4.00 €