La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Henri Calet

A propos

L'Italie Réfractaires aux séances de diaporamas, contrevenants aux achats d’encombrants souvenirs, résistants aux cartes postales (tous supports confondus) - L’Italie à la paresseuse est pour vous. On y retrouve Calet en 1949, fatigué d’être, depuis la parution du Tout sur le Tout, cantonné à une « littérature arrondissementière ». Lorsqu’un ami italien le pressent d’assister en qualité de représentant de la presse française à « un congrès international du gaz combustible », il s’abandonne à la tentation - direction Padoue et ses « jupons légers ». Anti-carnet de voyage subjectif - et rédigé a...
juillet 2009
Le Matricule des Anges n°105

Le cœur à l’ouvrage

Autobiographe des humbles, écrivain désespérant de tendresse, Henri Calet (1904-1956) avait le don de placer dans les phrases une ride ou un sourire qui bouleverse. Mêlant sa vie à ses livres, cet amoureux de Paris aura engagé un troublant soliloque dans les marges de l’Histoire. Sa correspondance avec Raymond Guérin, autre grand écorché de la littérature de l’après-guerre, paraît aujourd’hui. Ses amis l’appelaient Henri, ou bien Calet. Henri Calet : une voix de « speaker », une coiffure à l’aviateur, une paire de lunettes à écailles. Il était distingué. Méticuleux. Distant. Il intimidait. Les photos le montrent toujours à l’identique : un peu gauche, en retrait, comme absent. Il n’impressionne pas la pellicule. Il ne joue pas des coudes. Discret. Modeste. Il avait, un temps, son...
juillet 2005
Le Matricule des Anges n°65

Secrets d’humanité

Calet vivait le crayon à la main, traquant ses passions et ses tourments. Cette quête de soi, infinie et travestie, devient le miroir d’une impossibilité romanesque. Jean-Pierre Baril, arpenteur des terrains mouvants calétiens, ouvre quelques pistes sur cette œuvre en porte-à-faux. Jean-Pierre Baril, 42 ans, a enseigné la littérature française à l’université de Rennes jusqu’en 1995. Si ce grand lecteur de Louis Guilloux et de Louis-René des Forêts n’a jamais terminé sa thèse sur la face cachée du roman français contemporain, c’est de la faute à Calet. Pendant trois ans, il se rend à la bibliothèque Jacques-Doucet à Paris. C’est là que repose la quasi-totalité du...
juillet 2005
Le Matricule des Anges n°65

Ouvrages chroniqués

Paris à la maraude
de Henri Calet
2018
Les archives de l’auteur du Tout sur le tout commencent à livrer leurs secrets. Michel Schmitt en extrait toutes les notes… Puisqu’Henri Calet ne dispose toujours pas d’œuvres complètes et d’une biographie que l’on attend désormais depuis longtemps, les amateurs de la prose de ce grand écrivain français du siècle dernier ont tout au moins le plaisir de voir paraître, outre d’occasionnelles rééditions, des inédits. En substance, Paris en maraude, un gros volume issu des archives de Calet déposées à la bibliothèque Jacques Doucet par sa dernière compagne Christiane, la fille de Roger Martin du Gard. Là, dans un classement tout relatif, reposaient toutes les notes qu’il avait prises au cours de ses déambulations...
Éric Dussert
septembre 2018
Le Matricule des Anges n°196
Correspondance 1938-1955
de Henri Calet , Raymond Guérin
2005
Raymond Guérin et Henri Calet furent deux grands blessés de la vie littéraire de l’après-guerre et de la vie tout court. Leur correspondance ici rassemblée, qui s’étale de 1938 à 1955, et comporte près de 150 lettres, témoigne de cette fraternité silencieuse qui unira ces irréductibles désenchantés, mal à l’aise dans leur époque. L’un se sentait « inadapté », l’autre « déplacé ». C’est à la lumière de cet écart que se lisent leurs échanges souvent poignants. Tout rapproche l’auteur de La Belle Lurette et celui de Zorbain : les premiers pas en littérature (35/36), la fidélité à Paulhan,...
Philippe Savary
juillet 2005
Le Matricule des Anges n°65
Un grand voyage
de Henri Calet
Henri Calet était un virtuose pour dire toute la mélancolie de vivre. Réédition de son Grand Voyage, lent effondrement intérieur bordé d’humour. Flâneur courtois, touriste distrait, Henri Calet (1904-1956) arpentait le paysage urbain de son Paris natal avec un sentiment de perpétuel émerveillement, celui de découvrir la petite face cachée du monde. Il aimait répertorier les petits bonheurs et les petits malheurs de la vie quotidienne, les souffles d’une palpitation qu’une époque toujours pressée s’évertuait à refuser d’écouter. Trop anecdotique, disait-on, pour qualifier son œuvre. Il le déplorait du bout des dents : « Les « Prix » ont été distribués ; il n’a pas été question de moi. Je reçois des articles dans lesquels on le...
Philippe Savary
février 1994
Le Matricule des Anges n°7
Le Mérinos
de Henri Calet
1996
Henri Calet (1904-1956) fleurit la mémoire des petits et grands combattants de l’Histoire, si chers à son cœur : les chômeurs et les résistants. Le soleil s’est levé de bonne humeur. Il donne sur une chambre exiguë. Pas de meubles, juste deux lits. Des taches jaunes sur le mur. Les punaises courent sous les plinthes « poussées par la faim de sang et la curiosité ». Derrière la cloison, on entend un sommier craquer. C’est la Grossette qui se fait baiser. Il y a comme ça « des jours qu’il ne faudrait pas entamer ». Les Cagnieux, père et fils, habitent leur misère dans le quartier de Belleville. Tous les deux, en silence. Ils ont cette « allure étrange de ceux qui font les doublures au théâtre et qui ne se rappellent pas un mot du...
Philippe Savary
mars 1997
Le Matricule des Anges n°19
Fièvre des polders
de Henri Calet
Burrth est une bourgade assise sur un polder aux confins de la Belgique et de la Hollande. Calet vécut là une partie de son adolescence, y connut la tristesse et l’air vicié de l’entre-deux guerres. Les petits cafés ont beau se toucher, il n’est pas facile de joindre les deux bouts dans ce pays d’eau. Malgré leur grand coeur, les personnages de cette chronique familiale pataugent dans la vie en comptant leurs sous, leurs morts et leurs malheurs. C’est toujours drôle et grave à la fois ces destins de condamnés qui se démènent pour ne pas sombrer définitivement, ces destins qui tiennent...
Philippe Savary
juillet 1997
Le Matricule des Anges n°20