La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Iouri Bouïda

Ouvrages chroniqués

train zéro
de Iouri Bouïda
1998
Le Russe Iouri Bouïda nous raconte l’histoire d’un train fantôme dans une gare de la Russie d’après-guerre. Un huis clos oppressant. Plantons rapidement le décor, comme nous le ferions pour une pièce de Beckett : deux baraques pleines de courants d’air, un pont rouillé, dont « l’ossature métallique disgracieuse » surplombe une rivière souvent en crue, et tout autour de la boue. Sans oublier, gardant l’entrée d’un entrepôt, des « chiens féroces mangeurs d’homme », et des rails qui mènent Dieu sait où. Bienvenue à la station Neuf, une gare située quelque part dans une Russie inhospitalière, où tente de vivre une poignée d’hommes et de femmes qui n’aspirent qu’à quitter les lieux et le sinistre quotidien qui est le leur....
Didier Garcia
juillet 2019
Le Matricule des Anges n°205
Voleur, espion et assassin
de Iouri Bouïda
2018
L’auteur à l’imaginaire débridé du Train zéro raconte « l’âme russe ». Une fresque joyeuse et délirante sur le métier d’écrivain, la liberté et l’Histoire. Écrivain ? « C’est un métier de voleur, d’espion et d’assassin. Un écrivain espionne, il écoute les gens en douce, il vole les paroles des autres, puis il met tout ça sur le papier, il arrête l’instant, comme disait Goethe, autrement dit, il tue ce qui est vivant au nom de la beauté… » À mi-chemin de son autobiographie déguisée en fiction à moins que ce ne soit l’inverse, le Russe Iouri Bouïda rétorque penaud à son interlocutrice : « Il ne tue pas, il donne une autre vie, une vie nouvelle…  » Il a alors une vingtaine d’années, il est piètre étudiant, s’essaie à la drague, s’imagine...
Martine Laval
mai 2018
Le Matricule des Anges n°193