La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Jean Genet

A propos

Hommage au voleur Jean Genet n’a cessé de déstabiliser le monde culturel. Styliste hors pair et marginal au front étoilé, les romans et le théâtre de ce libre lecteur de Proust n’en finissent pas de fasciner. Le 19 décembre 2010 marque le centenaire de la naissance de Jean Genet, l’écrivain français le plus turbulent du siècle passé. Par un aimable paradoxe, son œuvre toujours aussi perturbante se trouve aujourd’hui condensée au catalogue de la maison la plus feutrée et la plus polie de la place de Paris. Cette œuvre composée à moitié de romans et de pièces de théâtre, auxquels furent ajoutés une pointe de critique d’art et un nuage d’articles politiques fracassants (L’Ennemi déclaré) ne cesse d’être exploitée et étudiée tandis que fausses et vieilles gloires du XXe continuent de s’avachir...
novembre 2010
Le Matricule des Anges n°118

Ouvrages chroniqués

Romans et poèmes
de Jean Genet
2021
Entre 1942 et 1948, jean Genet, régulièrement emprisonné, s’invente, dans ses romans et poèmes, un univers : mythologique, fantasmatique et pornographique. Sur mon cou sans armure et sans haine, mon cou/ Que ma main plus légère et grave qu’une veuve/ Effleure sous mon col, sans que ton cœur s’émeuve,/ Laisse tes dents poser leur sourire de loup. » Ces vers, chantés par Hélène Martin, Marc Ogeret ou, plus récemment, Étienne Daho ou Les Têtes raides furent, pour certains, la porte d’entrée dans l’univers, si autre, de Jean Genet. Un condamné à mort, dans sa cellule, attend son exécution et s’adresse à ceux qu’il aima ou rêva d’aimer. Fantômes et fantasmes accourent, et les murs de la prison s’ouvrent alors sur d’autres horizons, enchantés,...
Thierry Cecille
juin 2021
Le Matricule des Anges n°224
Lettres au petit Franz
de Jean Genet
2000
Trois livres témoins, subjectifs et fraternels, éclairent la personnalité de Jean Genet et révèlent celle, surprenante, de son ami François Sentein. Né en 1920 à Montpellier, François Sentein nous livre tardivement deux volumes de ses Minutes qui couvrent sa jeunesse, entre 1938 et 1943, de dix-huit ans à vingt-trois ans. Politiquement engagé, il a des idées d’extrême droite, comme il le dit alors, mais il ne se veut pas fasciste. Quant à son orientation sexuelle, elle semblerait le porter vers les garçons, mais sans le rendre insensible aux charmes des jeunes filles. En cela aurait-il été un « libertin » ? Disons-le tout net, s’il y a des attirances, des complicités, un regard érotique divers et vagabond, le journal reste toujours...
Jacques Goulet
avril 2001
Le Matricule des Anges n°34