La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Jean Lorrain

Ouvrages chroniqués

Monsieur de Phocas
de Jean Lorrain
Parangon du dandy décadent, M. de Phocas (1901), alias le duc de Fréneuse, est l’un des plus fameux personnages de Jean Lorrain (Paul Duval dit, 1855-1906), écrivain à scandales, éthéromane et plagiaire maintes fois signalé. Proposé dans une édition méticuleuse d’Hélène Zinck, le roman gorgé d’opium et décoré d’émeraudes est une belle pièce de la littérature décadente. Maniant l’équivoque, Lorrain décrit à travers le journal de Phocas la déchéance du jeune duc aux nerfs sensibles, fasciné par le trouble Claudius Éthal qu’il finira par assassiner. « Cet Éthal ! Il souriait comme en extase,...
Éric Dussert
septembre 2001
Le Matricule des Anges n°36
Monsieur de Phocas
de Jean Lorrain
Héroïnomane, érotomane, travesti, homme de grand vice, Lorrain a scandalisé ses contemporains. La Table Ronde publie deux de ses méfaits, dont un inédit. Sulfureux. Toute déchéance, morale ou physique, de l’individu, dans une société elle-même déchue, est bonne a priori ». Pour Jean Lorrain, ce n’était pas seulement une maxime, mais un mode de vie. Il l’a mis en pratique, corps et âme, se vautrant dans le vice jusqu’à ce que mort s’ensuive. L’homme s’affichait en compagnie de lutteurs de foire aux biceps tatoués, et paraissait en société horriblement fardé, paré de bijoux clinquants. Il se vantait de son homosexualité, et même de sa nécrophilie, fréquentant avec plaisir la morgue comme d’autres les salons. Qui aurait dit que le Paul Duval de Fécamps,...
Frédérique Roussel
novembre 1992
Le Matricule des Anges n°2
Le Poison de la Riviera
de Jean Lorrain
Héroïnomane, érotomane, travesti, homme de grand vice, Lorrain a scandalisé ses contemporains. La Table Ronde publie deux de ses méfaits, dont un inédit. Sulfureux. Toute déchéance, morale ou physique, de l’individu, dans une société elle-même déchue, est bonne a priori ». Pour Jean Lorrain, ce n’était pas seulement une maxime, mais un mode de vie. Il l’a mis en pratique, corps et âme, se vautrant dans le vice jusqu’à ce que mort s’ensuive. L’homme s’affichait en compagnie de lutteurs de foire aux biceps tatoués, et paraissait en société horriblement fardé, paré de bijoux clinquants. Il se vantait de son homosexualité, et même de sa nécrophilie, fréquentant avec plaisir la morgue comme d’autres les salons. Qui aurait dit que le Paul Duval de Fécamps,...
Frédérique Roussel
novembre 1992
Le Matricule des Anges n°2
Venise
de Jean Lorrain
Après son contemporain Henri de Régnier qui fit souvent référence à Venise, le décadent Jean Lorrain (1855-1906) s’est laissé lui aussi subjuguer par cette ville si proche de ses convenances esthétiques. Lorrain dont la postérité a retenu l’« élégance agressive » et l’immoralisme, lui dont la critique a jugé le style « artificiel et prétentieux » a fait l’hommage à la cité des Doges de ses talents de virtuose. Publié d’abord dans la Revue illustrée en 1905 avant de paraître en volume (1921), son « nouveau petit guide fin-de-siècle de Venise » tel que le présente Eric Walbecq dans sa...
Éric Dussert
juin 1998
Le Matricule des Anges n°23