La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Jean Prévost

A propos

Entre les lignes Jean Prévost aimait à lire Paul Valéry le crayon à la main : en témoignent ces notes abandonnées dans les marges d’un exemplaire de « Rhumbs ». C’est autour de l’œuvre de Paul Valéry (1871-1945) que Jean Prévost (1901-1944) a fait ses classes, lui consacrant articles et comptes rendus de lecture, dont la plupart parurent à la N.R.F. ou dans la revue d’Adrienne Monnier, Le Navire d’argent. En 1926, le jeune Prévost avait en outre publié une plaquette intitulée La Pensée de Paul Valéry. Manifestement, il n’entendait pas s’en tenir à cela, puisqu’il envisageait de « reclasser par sujets toutes les pensées de Valéry » (c’est peu ou prou le principe de l’édition contestée de la Pléiade), puis d’écrire un livre qui en fît la synthèse....
avril 2006
Le Matricule des Anges n°72

Ouvrages chroniqués

Journal de Travail (1929-1943)
de Jean Prévost
2019
Louable travail que celui d’Emmanuel Bluteau, le meneur des éditions La Thébaïde qui nous offre sur un plateau le Journal de travail de Jean Prévost, ce jeune romancier et essayiste de l’écurie Gallimard, fusillé par les Allemands dans le maquis du Vercors. Cet intellectuel stendhalien, produit parfait de l’École normale supérieure, aura nourri son œuvre d’une introspection permanente, de même qu’il a interrogé avec insistance la créativité des auteurs qu’il avait biographiés (voir sa Vie de Montaigne). Entre 1929 et ses derniers jours, les quatre cents pages denses de son Journal de...
Éric Dussert
novembre 2019
Le Matricule des Anges n°208
Plaisirs des sports
de Jean Prévost
2003
Toute la bête en lui tempêtait et souhaitait le tapis, mais une petite voix humaine, orgueilleuse, domina ce désordre et commanda de faire front« , c’est dans des phrases de ce genre qu’un grand intellectuel de l’entre-deux-guerres rend un hommage au sport encore pensé, de manière aristocratique et classique, comme valeur, recherche de beauté et de maîtrise de soi. Ami avec chaque muscle et frère de ses organes, Jean Prévost le magnifique se plaît à évoquer, dans une belle langue calme, la »puissance de tournoiement du torse" et tout se qui fait la sève profonde des verbes frapper,...
Ludovic Bablon
juillet 2003
Le Matricule des Anges n°45